Ciment : défense du «made in France»

le
0
Ils demandent à ce que le ciment turc ou égyptien, moins cher que le français, soit taxé à nos frontières.

L'heure où la défense du «made in France» est devenue un sujet de débat dans la campagne électorale, le Sfic (Syndicat français de l'industrie cimentière) tient à tirer la sonnette d'alarme. «Sur les 20 millions de tonnes de ciment consommées dans l'Hexagone, deux millions sont importées de pays en dehors de l'Union européenne, affirme son président Rachid Benyakhlef, par ailleurs directeur général de Lafarge Ciment France. Un pourcentage qui progresse d'1,5 point chaque année.» Bref, le vieil adage qui faisait du ciment un produit forcément local, fabriqué au maximum à 100 kilomètres de ses clients, a volé en éclats depuis cinq ou six ans. La raison? Comme les normes environnementales sont plus souples et les salaires moins élevés dans les pays émergents qu'en France, le coût de revient est moins cher, même s'il faut rajouter les frais de transport. «Aujourd'hui, ces produits importés sont vendus 15 à 20% moins chers que le ciment français», soupire

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant