Cifocoma annonce une hausse de 14,4 % de son dividende

le
0

La forte hausse du dividende de Cifocoma signe le dynamisme d'une gestion orientée sur les investissements commerciaux de centre ville. Dans un marché secondaire restreint faute de vendeurs, les prix acquéreurs et vendeur se sont également bien appréciés.

Les pessimistes prévoyaient une année 2013 difficile pour l'immobilier et par ricochet pour les SCPI. Ils n'ont pas eu totalement tort. Globalement, certes, le marché immobilier a pâti d’un contexte économique morose, de l'attentisme des locataires et de son alourdissement fiscal. Certaines SCPI en ont souffert, d'autres moins que prévu ou... pas du tout. Pour l'heure, les premiers résultats publiés par les sociétés de gestion sont plutôt encourageants. Ils démontrent d'abord la bonne résistance de ces véhicules mais aussi la capacité de leurs gestionnaires à « surfer » sur la houle de la crise. Exemple Cifocoma (Sofidy) qui confirme la progression de son dividende. Il atteint 55€ contre 48,08€ en 2012. Le tout sans amputer les réserves mais au contraire, en les renforçant. Au total, le revenu distribué aux associés marque une hausse de 14,4 % par rapport à 2012, pour un taux de distribution sur valeur de marché de 5,01 %.

L'année écoulée a été marquée par une accélération de la collecte (+27%) raison sans doute pour laquelle Sofidy envisage « de procéder à une nouvelle augmentation de capital en 2014 ». Dans un marché peu liquide faute de vendeurs, les prix de la part sont restés soutenus. Lors de la dernière confrontation de l'année 2012 (en octobre et pour 3 parts) le prix acquéreur constaté atteignait 884,99€ et le prix d'exécution 815€. Un an plus tard (fin décembre et pour 3 parts encore), l'acheteur déboursait 1102,17€ tandis que le vendeur engrangeait 1015€. En terme d'évolution, cela représente respectivement une progression de 25,6 % et de 24,5 %.

En terme d'activité locative, Cifocoma a bien remonté la pente. Fin 2012, le taux occupation financier touchait les 81 %. 12 mois après, il dépasse les 91 % avec 374m2 (3 actifs) restant à louer contre 1452m2(5 actifs) en décembre 2012. Sa stratégie centrée les commerces de centre ville n'y est pas étrangère. A un moment où le segment « bureaux » est grippé en terme locatif, Cifocoma a accentué sa spécialisation par de nombreuses acquisitions. Témoin de la « pureté » de sa philosophie, la répartition de son patrimoine fait ressortir un actif investi à 92,6 % en surfaces commerciales urbain contre 65,7 % en 2012. Réduits à la portion congrue, les bureaux n'occupent plus que 7,4 % (34,3 % en décembre 2012).

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant