Chuuut, la Ligue 1 fait dodo

le
0

10 petits matchs pour 10 petits buts, un leader qui marque le pas, des poursuivants qui en profitent, une ancienne lanterne rouge qui galope et un Zlatan crispant : c'est le bilan de cette 23e journée de Ligue 1. Et vivement la 24e, hein

  • Le trio de tête se resserre Avant de parler du jeu – ou plutôt de son absence – évoquons les conséquences de cette 23e journée d'un point de vue comptable. Elle a vu le leader lyonnais stopper sa série de victoires en L1 à 7, avec le nul 0-0 concédé à Monaco en clôture dimanche soir. L'ASM qui profite de ce petit point pris pour passer devant Saint-Etienne au classement. Les deux sont tout de même assez largement largués de la course à un podium squatté, en plus de l'OL, par l'OM et le PSG, lesquels ont chacun gratté 2 points au leader en s'imposant respectivement face à ETG et Rennes. 49 points pour Lyon, 47 pour l'OM et le PSG, 40 pour Monaco et Sainté, on en est là du groupe de tête. S'en suit un chapelet d'équipes aux ambitions incertaines (Montpellier, Bordeaux, Nice), puis un festival Interceltique du ventre mou (Nantes, Rennes, Guingamp) que seuls les Lorientais, ironie du sort, peinent à rejoindre, occupant une actuelle inconfortable place de 17e. S'agissant de la course au maintien justement, les deux gagnants de cette journée sont Toulouse, qui prend enfin les 3 points (une première depuis début décembre) et Caen, qui enchaîne une troisième victoire de rang. La zone rouge est actuellement occupée par Metz (au point mort en dernière position), Lens (courageux mais vraiment limité) et ETG (seule équipe du bas de classement à avoir perdu ce week-end, 0-1 au Vélodrome).

  • Vous avez raté ce week-end de L1 et vous avez bien fait 10 matchs, 10 buts, 2 buts max par rencontre, 1 but max par équipe : c'est le bilan famélique de cette triste journée de L1, la moins prolifique depuis avril 2007. Il y a des explications à ça : certaines pelouses catastrophiques (coucou le stade de la Licorne !), de mauvaises conditions météo (à Metz notamment), la CAN, le mercato d'hiver qui peut bousculer certains effectifs, Lacazette absent Mater de la Ligue 1 ce week-end était franchement évitable, d'autant qu'un autre sport co était à l'honneur, avec le cinquième titre mondial remporté par l'équipe de France de handball au Qatar et en MVP de la compétition un dégarni de 38 ans qui multiplie les exploits en survêtement Panzeri. Un modèle pour nous tous, sportifs du canapé.






  • Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

    Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
    Devenez membre, ou connectez-vous.
    Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant