Chutes de grêle : entre 800 et 900 millions d'euros de dégâts

le
2
Chutes de grêle : entre 800 et 900 millions d'euros de dégâts
Chutes de grêle : entre 800 et 900 millions d'euros de dégâts

La facture est salée. Les impressionnants orages de grêle qui ont frappé la France début juin vont coûter entre 800 et 900 millions d'euros aux assureurs, a annoncé vendredi le président de la Fédération française des sociétés d'assurances (FFSA).

«Nous avons une première estimation entre 800 et 900 millions d'euros de dégâts sur deux jours» a déclaré Bernard Spitz. Dans le détail, les sinistres déclarés par les assurés concernent 160.000 logements, 190.000 véhicules et 13.000 professionnels, notamment des exploitants agricoles.

Des dégâts pour la deuxième année de suite

Mercredi, le Groupement des entreprises mutuelles d'assurance (Gema) avait évalué le coût de ces orages, qui avaient provoqué des dégâts matériels dans une quarantaine de départements, à 253,7 millions d'euros pour les seuls mutualistes. La semaine dernière, le groupe Covéa, qui rassemble la Maaf, MMA et GMF, avait de son côté estimé la facture à 180 millions d'euros.

Le président de la FFSA a insisté sur le coût élevé de ce type de phénomène météorologique pour la deuxième année de rang, alors que les chutes de grêle étaient auparavant d'ampleur plus modérée.

«En 2013, entre juin et août, cela avait déjà représenté un coût un peu supérieur à 800 millions d'euros, alors que ce type de phénomène coûtait jusqu'alors entre 100 et 200 millions d'euros par an en moyenne», a-t-il fait valoir.

Pour mieux appréhender ce genre de phénomène, l'Etat, la Caisse centrale de réassurance et le secteur de l'assurance ont mis sur pied en 2012 l'Observatoire national des risques naturels via une convention de partenariat.

VIDEO. Intempéries : comment vous faire rembourser par votre assurance?

VIDEO. Orages : «Un phénomène remarquable mais pas exceptionnel»

VIDEO. A saint-Witz dans le Val d'Oise, les habitants redoutent le nouvel épisode orageux

VIDEO. Intempéries dans l'Oise : une boulangerie ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • fred1903 le vendredi 20 juin 2014 à 08:19

    comme dirait les economistes.. C'est bon pour l'économie.

  • cool1238 le vendredi 20 juin 2014 à 08:14

    comme les agriculteurs encore un motif pour nous envoyer la facture.