Chute en clôture des Bourses européennes par crainte du Brexit

le
0
LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES
LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes ont lourdement chuté mardi, enregistrant une cinquième séance consécutive de baisse et retombant à un plus bas de plus de trois mois, en raison des inquiétudes sur l'avenir du Royaume-Uni au sein de l'Union européenne à l'approche du référendum du 23 juin à ce sujet et dans une moindre mesure sur la conduite de la politique monétaire de la Fed.

À Paris, le CAC 40 a terminé en baisse de 2,29% (96,69 points) à 4.130,33 points. Le Footsie britannique a cédé 2,01% et le Dax allemand 1,43%. L'indice EuroStoxx 50 a chuté de 1,97% et le FTSEurofirst 300 de 1,86%.

Au moment de la clôture en Europe, Wall Street évoluait en repli, le Dow Jones cédant 0,57% et le Nasdaq 0,53%.

Les craintes de voir le Royaume-Uni quitter l'Union européenne, alimentées ce mardi par quatre nouveaux sondages donnant le camp "Leave" vainqueur et la prise de position du tabloïd The Sun, journal le plus lu dans le pays, en faveur du "Brexit", ont fait plonger la livre de plus de 1,1% face au dollar

"Le marché est vraiment effrayé par l'incertitude qu'entraînera effectivement l'issue du vote", a dit Tony Bedikian, responsable de la stratégie de marché de Citizen Bank.

Une sortie du Royaume-Uni de l'UE augmenterait les risques sur la croissance mondiale, pèserait sur l'euro et renforcerait le dollar, ce qui durcirait les conditions financières et pourrait conduire la Fed à reconsidérer les hausses de taux directeurs, prévoit Jeffrey Kleintop, responsable de la stratégie d'investissement chez Charles Schwab.

Les politiques monétaires des grandes banques centrales constituent un facteur de préoccupation supplémentaire pour les investisseurs avec une série de décisions de politique monétaire attendues cette semaine, à commencer par la Fed mercredi, suivie par la Banque nationale suisse, la Banque d'Angleterre et la Banque du Japon.

Si les investisseurs estiment à une écrasante majorité que la Fed observera le statu quo, les derniers indicateurs conjoncturels américains laissent la porte ouverte à un nouveau relèvement des taux directeurs le mois prochain.

Les ventes au détail ont progressé plus qu'attendu au mois de mai aux Etats-Unis en dépit du net ralentissement des créations d'emplois et les prix à l'importation ont enregistré sur la même période leur hausse la plus marquée depuis plus de quatre ans, selon des données publiées mardi.

Dans ce contexte, les valeurs refuges sont plébiscitées, à l'image du yen, du dollar et des Bunds. Le rendement des obligations souveraines allemandes à 10 ans est, pour la première fois, passé en territoire négatif, selon des données Tradeweb.

Le rendement des emprunts d'Etat à 2 ans est quant à lui tombé à un nouveau plus bas record à -0,581%.

Pénalisé par le regain d'aversion au risque, le pétrole est en baisse pour la quatrième séance consécutive, le contrat juillet sur le Brent cédant 1,25% et repassant sous le seuil de 50 dollars le baril.

(Marc Joanny, édité par Wilfrid Exbrayat)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant