Chute du gouvernement kirghize sur une réforme de la Constitution

le
1
    BICHKEK, 26 octobre (Reuters) - Le gouvernement du 
Kirghizistan a démissionné mercredi après la décision lundi du 
Parti social démocrate du président Almazbek Atambaïev, 
principale formation du parlement, de quitter la coalition au 
pouvoir. 
    Les partenaires du Parti social démocrate se sont opposés à 
une proposition de réforme constitutionnelle visant à renforcer 
les pouvoirs du Premier ministre, une fonction que le président 
Atambaïev pourrait théoriquement endosser s'il démissionnait 
l'an prochain. 
    Interrogé sur cette question au mois d'août, le chef de 
l'Etat avait affirmé n'avoir aucunement l'intention de quitter 
son poste. 
    Un projet de loi appelant à la convocation d'un référendum 
constitutionnel le 11 décembre devait faire l'objet d'une 
troisième lecture par le Parlement pour avoir force de loi. 
    Le parti Ata Meken, qui appartient à la coalition 
gouvernementale, s'est opposé à la réforme de la loi 
fondamentale et son chef de file Omurbek Tekebaïev s'en est fait 
un des plus farouches opposants. Il estime que cette 
modification offrirait trop de pouvoirs au chef du gouvernement. 
     
 
 (Olga Dzyunbenko; Pierre Sérisier pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M9425023 il y a 7 mois

    Raisonnable mais bien calculé, il préfère devenir Président avec des pouvoirs limités plutôt que pas Président aux pouvoirs illimités.