Chute du bénéfice trimestriel de Comeco, la major canadienne d'uranium

le
0
(Commodesk) Le Canadien Cameco a annoncé cette semaine un bénéfice net trimestriel en baisse de 60%, à 39 millions de dollars, par rapport à la période de juillet à septembre 2010 (98 millions de dollars), à cause de pertes importantes liées à la faiblesse du dollar canadien, par rapport à la monnaie américaine. Ses revenus trimestriels terminent toutefois en hausse, à 517 millions de dollars, contre 419 millions il y a un an, grâce à des prix et à des volumes de ventes d'uranium plus importants. L'entreprise, basée à Saskatoon, exploite des mines et des usines de concentration d'uranium ou de transformation, au Canada, aux Etats-Unis et au Kazakhstan (476 millions de livres de réserves prouvées et probables). Elle produit aussi le carburant, à destination des centrales nucléaires, mais doit faire face à la fermeture déjà effective de huit sites en Allemagne et au fonctionnement de seulement 11 réacteurs sur 54 au Japon. Camaco est l'un des plus gros producteurs d'uranium, représentant 16% du total mondial. "Nous misons, à long-terme, sur les fondamentaux de l'industrie nucléaire", souligne le PDG Tim Gitzel, qui a prévu de doubler la production d'uranium de son groupe d'ici à 2018, comptant, entre autres, sur des pays émergents, comme la Chine.
Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant