Chute du bénéfice net 2014 d'Enel après des dépréciations

le
0
LE BÉNÉFICE NET D'ENEL RECULE DE 84% EN 2014
LE BÉNÉFICE NET D'ENEL RECULE DE 84% EN 2014

MILAN (Reuters) - Enel a fait état jeudi d'une chute de 84% de son bénéfice net au titre de 2014, le numéro un italien des services aux collectivités ayant passé dans ses comptes de l'an dernier de très importantes dépréciations d'actifs, notamment en Italie et en Slovaquie.

Ce résultat net est ainsi revenu à 517 millions d'euros après des charges de dépréciation de 6,43 milliards.

Enel, dont l'Etat italien a cédé 5,7% fin février pour ne plus garder directement que 25,3% du capital tout en conservant le contrôle de la société, a précisé qu'il verserait un dividende de 0,14 euro par action, contre 0,13 euro en 2013.

Le groupe, qui avait annoncé des résultats préliminaires début février, a également dit que son excédent brut d'exploitation (EBE) de cette année serait inférieur à celui de 2014, en raison surtout de l'accent mis sur l'amélioration de la rentabilité et une hausse du dividende.

Dans son nouveau plan stratégique 2015-2019, Enel précise que cet EBE devrait être de l'ordre de 15 milliards d'euros en 2015 contre 15,7 milliards l'an dernier.

Le groupe souligne que ses investissements bruts sur la période étaient prévus à 34 milliards d'euros, ce qui représente une hausse de 14% par rapport à la période précédente.

Enel veut porter son ratio de distribution du bénéfice sous forme de dividendes à 50% en 2015, contre 40% actuellement, pour ensuite le porter progressivement à 65% d'ici 2018.

Le programme de vente d'actifs sur la période 2015-2019 est estimé à cinq milliards d'euros, dont deux sont déjà en cours.

(Stephen Jewkes, Benoît Van Overstraeten pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant