Chute des marchés : « la Chine est un tout autre morceau que la Grèce »

le , mis à jour à 18:26
26

Séance rouge vif en Chine, mais aussi en Europe ce lundi 27 juillet.
Séance rouge vif en Chine, mais aussi en Europe ce lundi 27 juillet.

Les marchés européens ont terminé la séance de lundi dans le rouge vif. Les inquiétudes autour de la Chine ont eu un effet « boule de neige ». Pour Xavier de Villepion, vendeur d’actions chez HPC, le dossier chinois est « un tout autre morceau que la Grèce ».

La séance du lundi 27 juillet a tourné au cauchemar sur les marchés européens, malgré l’absence de publication de statistiques majeures en-dehors d'un indice Ifo jugé bon en Allemagne. Cette fois-ci, c'est la Chine qui inquiète. La très forte rechute de la bourse de Shanghai, ayant perdu 8,5% lundi, reflète les interrogations des investisseurs sur la trajectoire économique du pays. La marché chinois continue de revenir à une dure réalité après un mouvement de forte hausse spéculative enregistré de la mi-juin 2014 à la mi-juin 2015.

« Les gens ont des points d’interrogation dans la tête », résume Xavier de Villepion, vendeur d’actions chez HPC. « La Chine est un tout autre morceau que la Grèce », alors qu’apparaissent « des doutes sur la croissance du pays à 7% que les autorités chinoises annoncent comme elles le veulent ». Ces mêmes autorités « ont encore refusé de coter certaines valeurs pour essayer d’endiguer la baisse » sur le marché boursier chinois ce lundi, explique-t-il.

L’Europe s’enfonce progressivement dans le rouge

Les inquiétudes ont entraîné les indices européens dans le rouge vif : le CAC40 a lâché 2,57% à la clôture, une perte presque équivalente à celle du Dax allemand qui a terminé en baisse de 2,56%. Tous les indices européens ont clôturé dans le rouge.

Les interrogations sur la Chine ont notamment impacté les entreprises dont la croissance est très axée sur le marché chinois. À titre d’exemple, les équipementiers automobiles ont ainsi été très touchés, comme Valeo (-5,41% en fin de séance).

Le secteur du luxe, dont le développement en Chine est un enjeu majeur pour les années à venir, reste également surveillé par les investisseurs, explique Xavier de Villepion. Ce dernier souligne à titre d’exemple l’importance des projets de LVMH vis-à-vis du marché chinois, sans non plus s’inquiéter de la trajectoire boursière de la célèbre entreprise française à moyen terme.

Les indices américains s'affichaient également en baisse, plutôt modérée, au moment de la clôture européenne. Le Dow Jones se contractait de 0,75% à 17h40, alors que le S&P500 perdait 0,47% à la même heure. Les deux indices ont presque effacé la totalité de leur hausse (modérée) depuis le début de l’année, remarque Xavier de Villepion, qui souligne que le Nasdaq tient mieux sa trajectoire haussière depuis le début de l’année, grâce au dynamisme de certaines valeurs comme Amazon.

Les valeurs chinoises cotées à Wall Street étaient affectées par les déboires de la bourse chinoise, le géant du commerce en ligne Alibaba perdant environ 3% à 17h30.

Contraction des marchés : une opportunité pour des achats à bon compte ?

Pour autant, « la baisse va un peu trop vite et cela crée des opportunités », explique Xavier de Villepion, qui souligne que les prochaines publications d’entreprises européennes devraient révéler de bonnes surprises, susceptibles de faire remonter certaines valeurs aujourd’hui pénalisées. De nombreuses entreprises publient en effet leurs résultats trimestriels ou semestriels cette semaine et la semaine prochaine. « Ceci devrait enrayer la baisse », estime-t-il.

L’autre opportunité qu’offre la baisse d’aujourd’hui est l’éventualité d’un plan de soutien supplémentaire que les autorités chinoises pourraient adopter dans l’urgence. « Il y a un espoir pour que les autorités interviennent », mentionne Xavier de Villepion. Les autorités chinoises avaient déjà cherché à calmer les inquiétudes des investisseurs au cours des dernières semaines, avec un encadrement très strict des ventes d’actions (ventes à découvert interdites, et limitation des possibilités de ventes de la part des actionnaires possédant au moins 5% du capital d’une même entreprise).

Lire aussi : Le marché chinois rechute très fortement, le krach se poursuit

X. Bargue (redaction@boursorama.fr)

Retrouvez tous les articles de la rédaction de Boursorama dans la rubrique dédiée.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M4358281 le mardi 28 juil 2015 à 11:44

    c'est CLOSER qui a fait l'article ..?

  • M4358281 le mardi 28 juil 2015 à 10:11

    tant mieux pour nous .. avec la Fed qui va relever ses taux et la Chine qui a refroidi les investisseurs troppressés ..l'argent viendra en Europe ! et good pour le second semestre ..!

  • M6111389 le lundi 27 juil 2015 à 20:04

    Depuis PERICLES les grecs n'ont rien fait (excepté la démocratie : parlons-en ) en 20 ans la Chine partie de rien du tout s'est hissée au second rang mondial ..... quel genre d'imbé-cile peut parler de comparaison ????

  • M7520498 le lundi 27 juil 2015 à 18:55

    Dites a notre président qu'il faut donc rapatrier les pans de notre économie qui se sont délocalisés en Chine et rouvrir nos usines par chez nous ......les chômeurs vont enfin pouvoir se retrousser les manches !

  • Bert1414 le lundi 27 juil 2015 à 18:55

    Comparer la chine et la grèce dans une même phrase, c'est effectivement intellectuellement trompeur, comme si les 2 situations étaient comparables...

  • stepone7 le lundi 27 juil 2015 à 18:50

    je vois meme comment on peut comparer la chine a la grece ? la chine a d enorme reserve de dollars , d enorme reserve en or si elle se met a les vendre ca prrovoquera un seisme monétaire , d enorme ressource naturelle .. certes ses exportations ont chuté mais la chine est toujours en excedent commercial donc rien d inquietant .. rien a voir avec la grece ..

  • pascalcs le lundi 27 juil 2015 à 18:49

    Le gouvernement Chinois ne peut s'en prendre qu'à lui même dans cette débâcle qui va raser la couenne des chinois de la rue et des mamies accros au jeu. C'est lui qui a sciemment encouragé ses nombreux ouailles crédules à aller sur la bourse, en substitution del'immobilier chinois qui se prend désormais un gros râteau. Vous allez voir les ventes de voitures neuves en Chine dans les mois qui viennnet... Là aussi gros râteau en vue.

  • BIPBIP6 le lundi 27 juil 2015 à 18:48

    Aie....Quand le grand dragon rouge se mord la queue ca fait très mal !

  • stepone7 le lundi 27 juil 2015 à 18:44

    il faut faire appel a hollande il veut leur donner des milliards et des milliards du contribuables francais .. pour sauver la chine .. vite il faut l appeller c est urgent

  • pascalcs le lundi 27 juil 2015 à 18:44

    Mijoto69: a votre avis quelle est la raison pour laquelle le gouvernement Chinois menace de "punition sévère" les vendeurs short sur le marché chinois s'il n'y a pas krach en vue? Le marché chinois est une bulle alimentée par des mamies et vendeurs de bananes qui emprunte au shadow banking des sommes démesurées pour acheter n'importe quoi et à n'importe quel prix, dans la bonne tradition moutonnière du comportement chinois de la rue.