Chute des Bourses européennes, le CAC 40 cède plus de 3%

le
3
LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES
LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes ont terminé en forte baisse mardi, après le long week-end de Pâques, affaiblies comme Wall Street déjà la veille par le rapport mensuel de l'emploi aux Etats-Unis, ressorti moins bon qu'attendu.

Avec le retour de l'inquiétude concernant la dette en zone euro, notamment en Espagne, les valeurs cycliques et financières ont été, comme la semaine dernière, les plus vivement attaquées.

L'indice CAC 40 a reculé de 3,08% à 3.217,60 points, retrouvant sa clôture du 13 janvier et enfonçant une zone de support clé à 3.250-3.260 points qu'il avait testée dès l'ouverture.

Ce niveau de soutien correspondait au retracement de 50% de la hausse enclenchée en décembre, qui avait porté l'indice à un plus haut de 3.600 points le 16 mars. Cette zone correspondait aussi à la moyenne mobile 200 jours de l'indice.

L'indice a désormais largement entamé ses gains de l'année et n'affiche plus qu'une hausse de 1,8% depuis début janvier.

Alexandre Le Drogoff, gérant et spécialiste de l'analyse technique chez Talence Gestion, s'attend à un rebond rapide vers la prochaine zone de résistance des 3.300 points, un mouvement qui pourrait rapidement céder la place à une rechute.

"Nous surveillons en particulier la situation économique et la dette de l'Espagne qui se sont nettement dégradées. Le marché espagnol a déjà été très affecté par l'inquiétude des investisseurs sur la gestion de sa dette", souligne le gérant.

L'indice Ibex de la Bourse de Madrid est retombé de plus de 16% au cours des deux derniers mois.

Parmi les grandes places européennes, Londres a cédé 2,24%, Francfort 2,49%, Milan 4,98% et Madrid 2,96%. Du côté des indices paneuropéens, l'EuroStoxx 50 a perdu 2,97%, son plus bas depuis mi-janvier, alors que l'EuroFirst 300 a perdu 2,48%.

Le rendement de l'emprunt d'Etat allemand à 10 ans retrouve ses points bas de fin septembre à 1,643%, contre 1,739% la veille, et le rendement des obligations d'Etat à 10 ans espagnoles est remonté à ses plus hauts de septembre, à 5,997%, contre 5,774% la veille au soir.

L'euro a reculé et s'échange autour de 1,3065 dollar, contre 1,3106 lundi soir.

Le baril de Brent recule de 1,52% à 120,80 dollars.

Juliette Rouillon, édité par Dominique Rodriguez

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • squal72 le mardi 10 avr 2012 à 19:11

    C'est de la vente forcée réalisée les "automates" (=ordinateur) des grands fonds spéculatifs !!! Les dindons de la farce = nous !!!

  • squal72 le mardi 10 avr 2012 à 19:10

    Non c'est toujours la même !!! Mais c'est pas une crise !!! C'est de la vente forcer p

  • juillia3 le mardi 10 avr 2012 à 18:58

    debut d une nouvelle crise