«Chute de la France» : «Newsweek» en remet une couche

le
133
«Chute de la France» : «Newsweek» en remet une couche
«Chute de la France» : «Newsweek» en remet une couche

Après la vague de moqueries et de contestation provoquée par un premier article sur la «chute de la France», dont le ministre de l'Economie français Pierre Moscovici lui-même a fustigé les «innombrables erreurs» ce mardi, le magazine américian «Newsweek» remet ça. Alors que l'auteur du pamphlet, Janine Di Giovanni, a préféré fermer son compte Twitter plutôt que de répondre aux critiques, sa consoeur Leah McGrath Goodman a pris la plume pour décrire à son tour la faillite économique de l'Hexagone.

Dans «la chute de la France II : la nation du coq est devenue la nation de l'autruche», la journaliste américaine critique la réticence des Français à voir la réalité en face, s'appuyant sur des déclarations de la Commission européenne et sur des rapports d'agences de notation.

En réponse aux accusations de «Hollande bashing» qui ont suivit la publication de l'article de Di Givanni, Leah McGrath Goodman rappelle que les dispositions prises en France sur l'infraction pénale d'offense au président de la République ont été abrogées en juillet au nom de la liberté d'expression. Une liberté qui n'est visiblement pas aussi évidente quand il s'agit de critiquer la politique économique de la France, accuse le journaliste, avant de lister de nombreux rapports officiels sur les «déséquilibres macroéconomiques» du pays.

Le mot «entrepreneur» tombé en désuétude en France

Le blogueur Liam Boogar, l'un des détracteurs de Di Giovanni, avait affirmé lundi sur le blog «Rude Baguette» que la France ne connaissait pas de fuite des cerveaux, contrairement à ce que prétendait cette dernière, rappelant que trois écoles françaises figuraient dans le top 6 des écoles d'où sont issus les patrons des 500 plus grandes entrprises du monde (HEC, Polytechnique et l'ENA, selon l'Alma Mater Index 2013). Un argument que Leah McGrath Goodman essaie laborieusement de démonter en rétorquant : «Puisque toutes ces compagnies ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • fullcove le jeudi 16 jan 2014 à 15:51

    Le premier article disait que le litre de lait valait 6€, elle s'est trompée, c'est à New York qu'il vaut ce prix là

  • vxboucau le dimanche 12 jan 2014 à 17:38

    j ai cru comprendre que cette journaliste vivait en France ...pouvez vous confirmer ?Si c est le cas beneficie des avantages aux personnes vivant dans l hexagone ?

  • guymar le vendredi 10 jan 2014 à 10:23

    Au states il y a des villes entières en faillites et pour attirerLe le pognion ils autorise la vente du canabis

  • alc2855 le mercredi 8 jan 2014 à 17:21

    Tant que des cons achèteront les OAT en bois de Bercy rien ne changera. Il faut que l'argent qui n'existe plus arrête d'irriguer les promesses de notre capitaine de pédalo. Les français savent très bien qu'il va falloir se remettre au travail mais chaque génération refourgue le bébé à la suivante. 40 ans que cela dure..... avec la bénédiction de nos médias connivents et décérébrés..

  • fbordach le mercredi 8 jan 2014 à 16:26

    Fréquemment à l'étranger pour raisons professionnelles je constate que la France est de plus en plus perçue comme dans newsweek. Comme le disent mes collègues britanniques, nous sommes le dernier pays communiste d'Europe!

  • d.e.s.t. le mercredi 8 jan 2014 à 16:23

    Pas de fuites de cerveaux? il y a des aveugles ou plutôt des porteurs de lunettes roses bien socialistes!Pourquoi 300 000 ou 400 000 Français à Londres? Ce sont sans doute des immigrés dont on se débarrasse? Et nos "décrocheurs" de l'Education nationale partent tous en Silicon Valley, c'est bien connu!

  • T20 le mercredi 8 jan 2014 à 15:10

    Newsweek n'est pas dans les mains de l'UMP/S et de tous ses potes journalistes. Et là bas, la censure ne tombe pas!!!

  • M1531771 le mercredi 8 jan 2014 à 13:39

    On n'a jamais vu cela avant, jamais !

  • M2606534 le mercredi 8 jan 2014 à 13:30

    D'un côté comme de l'autre de l'atlantique, les politiciens sont des marionnettes à la solde de Goldman Sachs et Cie, des sociétés multinationales, qui ont leurs lobbys très actifs à Washington et Bruxelles. Mais bien sûr l'Etat est trop généreux en prestations sociales en France, il faut bien acheter une certaine paix sociale et des électeurs...Mais n'oublions pas qu'aux USA, une population comme la France vit grâce à la soupe populaire...

  • M1822368 le mercredi 8 jan 2014 à 13:09

    C'est marrant, à chaque fois on met en cause l'état providence. Qu'on commence par faire le ménage : Doublons administratifs, structures inutiles, subventions indues, mille-feuille territorial, dépenses somptuaires, etc... Et s'il manque encore de l'argent, alors pas de problème pour remettre à plat l'état providence !