Chroniques écossaises (5) : Dundee, bastion indépendantiste

le
0
La ville indépendantiste de Dundee, en Écosse, sera fixée sur le sort du pays jeudi soir, après le référendum sur l'indépendance.
La ville indépendantiste de Dundee, en Écosse, sera fixée sur le sort du pays jeudi soir, après le référendum sur l'indépendance.

Où sont passés les partisans du maintien de l'Écosse au sein du Royaume-Uni ? Depuis ce week-end, le suspense aidant, la campagne s'est intensifiée et les échanges entre les deux camps se font plus aigres. Mais à Dundee, la quatrième ville de la nation (surtout ne jamais la qualifier de province !), située à une centaine de kilomètres au nord d'Édimbourg, les esprits ne risquent pas de s'échauffer : les militants de Better together (ensemble, c'est mieux) sont invisibles. Et leur site internet ne mentionne aucun meeting dans un rayon de 40 kilomètres. Comme si les unionistes avaient renoncé à faire campagne dans la ville réputée la plus nationaliste d'Écosse.

Yes Scotland, la coalition qui mène le combat indépendantiste, en profite pour prendre ses aises. Ses animateurs ont installé leur matériel de campagne aux deux extrémités de High Street, l'artère principale, et un camion publicitaire orné d'un énorme "Yes" fait des ronds dans le centre-ville. Depuis le début, la campagne est asymétrique, le changement suscitant toujours plus d'enthousiasme et de vocations que le statu quo. Mais le décalage prend ici des proportions étonnantes. Trouver un auto-collant "No Thanks" en baguenaudant dans les rues piétonnes revient à chercher l'erreur au milieu des pins bleu azur du camp adverse.

La présence de 35 000 étudiants, soit le quart de la population, explique pour partie ce déséquilibre. Les jeunes sont plus sensibles à la dimension...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant