Chronique de Valérie Trierweiler sur une First Lady journaliste

le
3
Chronique de Valérie Trierweiler sur une First Lady journaliste
Chronique de Valérie Trierweiler sur une First Lady journaliste

PARIS (Reuters) - Pour sa première chronique en tant que "première dame", Valérie Trierweiler signe, dans le numéro de Paris Match à paraître jeudi, la critique d'une biographie d'Eleanor Roosevelt, épouse du président américain Franklin Roosevelt qui, elle aussi, exerça la profession de journaliste.

Le directeur de la rédaction de Paris Match avait confirmé lundi que la compagne de François Hollande resterait journaliste à Paris Match, où elle tiendrait une chronique culturelle.

"Tiens donc! Une First Lady journaliste n'est pas une nouveauté", écrit Valérie Trierweiler. "Evidemment, il faut regarder de l'autre côté de l'Atlantique pour trouver ce cas unique et ne pas hurler au scandale", ajoute-t-elle, allusion aux critiques qui ont entouré sa décision de rester journaliste.

Cette biographie, signée Claude-Catherine Kiejman, "tombe à pic", écrit encore Valérie Trierweiler, qui égrène au fil des lignes des ressemblances entre elle et Eleanor Roosevelt, deux femmes refusant d'être "réduites au silence".

"First Lady et rebelle", le sous-titre de ce livre fait comme écho aux propos de la compagne de François Hollande, qui confiait récemment à Reuters voir la fonction de première dame comme "un second rôle".

Seule différence majeure qu'elle note : quand Eleanor Roosevelt devient rédactrice en chef d'un magazine féminin et y tient une chronique sur sa vie à la Maison blanche, "non seulement l'ensemble de la presse américaine n'y voit pas matière à polémique mais, au contraire Eleanor devient, grâce à cette chronique qu'elle tiendra jusqu'à sa mort, extrêmement populaire."

Olivier Royant, directeur de la rédaction de Paris Match, a assuré que malgré la collaboration au magazine de Valérie Trierweiler, qui partage la vie de François Hollande depuis le milieu des années 2000, le traitement du couple présidentiel serait "indépendant et juste".

"Je pense qu'aujourd'hui elle a appris à faire la part des choses", a-t-il estimé. En mars, elle avait exprimé sa colère contre Paris Match, qui avait fait sa "une" sur elle sans la prévenir.

Née en 1965 à Angers, Valérie Massonneau, de son nom de jeune fille, est mère de trois enfants nés d'une union avec Denis Trierweiler, dont elle a gardé le nom après leur divorce.

Chine Labbé, édité par Gilles Trequesser

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • jfvl le mercredi 6 juin 2012 à 14:30

    La comparaison entre Mme Eleanor Roosevelt épouse d'un grand Président et la maîtresse en titre d'un nain politique me paraît très flatteuse pour cette dernière. C'est du marketing politique.

  • M4841131 le mercredi 6 juin 2012 à 14:25

    la jui.ve parle au jui.f

  • M4630217 le mercredi 6 juin 2012 à 14:13

    Mais qu'est-ce qu'on s'en fou !