Chronique de la défense évolutive de Jérôme Kerviel

le
0
De janvier 2008 à son procès en appel, en 2012, Jérôme Kerviel a fait évoluer sa position, en même temps qu'il remodelait son équipe de défense.

Il était initialement défendu par une avocate discrète, Me Elisabeth Meyer, épaulée ponctuellement par le bâtonnier Charrière-Bournazel. Alors que Me Meyer semble s'orienter vers une stratégie classique et aussi peu tonitruante que possible, elle est remerciée. Elle donne son explication dans un entretien au Figaro, recueilli le 3 juillet 2008: «Nos stratégies ne sont plus en phase (...) Dans le dossier, ma stratégie, dès l'origine, a été de vider de leur substance les chefs d'accusation (…) Depuis le premier jour, Jérôme Kerviel et moi, nous ne nous sommes pas comportés en accusateurs à l'encontre de la Société générale et de ses salariés. Nous n'avons fait que répondre aux accusations outrancières. Notre stratégie a été gagnante: dès le premier soir, deux chefs d'accusation (la tentative d'escroquerie et la ...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant