Chronique d'une radicalisation quotidienne

le
1
Dans une école classée en ZEP en 2012 (photo dd'illustration).
Dans une école classée en ZEP en 2012 (photo dd'illustration).

Sophie n'est pas née de la dernière pluie. Cela fait 20 ans que cette professeur de philosophie enseigne dans divers établissements de l'Essonne (91). Elle a rencontré toute sorte d'élèves issus de milieux sociaux variés et de confessions diverses. Depuis une dizaine d'années, elle constate avec regret et inquiétude des changements profonds dans les comportements des jeunes qui se succèdent dans sa classe. Ce qu'elle appelle une "radicalisation" qui, combinée à des renoncements quotidiens de la part de l'Éducation nationale, finit par engendrer une situation explosive dont plus personne ne sait comment s'extirper. Témoignage. "Le tournant, pour moi, c'est le 11 septembre 2001 : cela a délié une parole jusque-là retenue du moins devant les enseignants. Lors du vote pour élire les délégués de classe, début octobre 2001, plusieurs bulletins de vote portaient le nom de Ben Laden. Quand je m'en suis offensée, des propos de haine ont fusé : "C'est bien fait pour les Américains !" puis à notre encontre : "Il faut foutre le feu à cette ville !" Afin de susciter la réflexion, leur réflexion, la semaine suivante j'ai distribué un texte de Platon sur la démocratie. Deux élèves ont refusé de le prendre, l'un des deux l'a jeté par terre et en sortant s'est essuyé les pieds dessus. Le cours suivant fut très dur, il a commencé par des insultes contre "les juifs chrétiens" puis un refus de travailler et de nouveau "il faut foutre le feu dans...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M9080875 le vendredi 16 jan 2015 à 13:30

    Et oui , cela fait 15 ans que ça dure ...Madame la professeur Est-ce enfin aujourd'hui venu le temps d'en parler et de s'en inquiéter ? 15 ans après ? 15 ans après la loi sur l'interdiction du voile à l'école (alors que la laïcité était une chose entendue dans notre pays)...C'est ce laxisme voulu implicitement par tous les gens se disant "gentiment" de gauche, et préférant taire ces problèmes (sous peine de "racisme") que nous en sommes arrivé là....15 ans après...aujourd'hui ! Et demain ??