Christophe Sirugue, spécialiste des questions sociales, nommé secrétaire d'Etat à l'industrie

le
0
Christohphe Sirugue à l'Assemblée national en mai 2016.
Christohphe Sirugue à l'Assemblée national en mai 2016.

La loyauté et le dévouement du député de Saône-et-Loire lors des débats sur le projet de loi travail, dont il était le rapporteur, ont été récompensés.

A la tête du ministère de l’économie et des finances, depuis la démission, mardi 30 août, d’Emmanuel Macron, Michel Sapin va diriger une équipe de quatre secrétaires d’Etat. Il a obtenu la nomination d’un secrétaire d’Etat à l’industrie, spécifiquement chargé du suivi des dossiers industriels et des entreprises. Le poste échoit à Christophe Sirugue, 50 ans, député (PS) de Saône-et-Loire, qui avait été rapporteur à l’Assemblée nationale du projet de loi travail de Myriam El Khomri.

Contrat à durée déterminée pour ce spécialiste des questions sociales, qui a adhéré au PS en 1986, à l’âge de vingt ans. Devenu permanent un an plus tard, il n’a, depuis, plus quitté le giron de la politique. Elu en 1998 au conseil général de Saône-et-Loire, dont il exercera la présidence de 2004 à 2008, il ravit à l’UMP la 5e circonscription de Saône-et-Loire en 2007, à la surprise générale – « C’était perdu d’avance », reconnaît-il –, avant de conquérir la mairie de Chalon-sur-Saône en 2008.

Herpétophile et rapporteur Malgré ce parcours de trente ans entre fonctions politiques et mandats électoraux, M. Sirugue, qui nourrit une passion pour les serpents – il en a possédé jusqu’à trois cents –, se défend d’être un « apparatchik ». « Ce n’est pas parce qu’on n’a pas de métier qu’on n’a pas de travail », se défend-il. De fait, à l’Assemblée nationale, il a la réputation d’être « un gros bosseur ». Membre de la commission des affaires sociales, cet « orphelin de Strauss-Kahn », dont la compétence est...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant