Christophe Sirugue : « Il y avait urgence à s'expliquer avec Alstom »

le , mis à jour à 09:14
2

Le nouveau secrétaire d'Etat à l'Industrie a rappelé hier au patron d'Alstom la nécessité de travailler avec le gouvernement (et de le tenir informé) sur les difficultés rencontrées par son groupe.

 

Pourquoi avoir convoqué, hier, le patron d'Alstom après l'annonce du transfert de la production du site de Belfort à celui de Reichshoffen ?

CHRISTOPHE SIRUGUE. M. Poupart-Lafarge (NDLR : le PDG d'Alstom) a deux nouveaux interlocuteurs gouvernementaux, à savoir Michel Sapin, le ministre de l'Economie et des Finances, et moi-même. Et il n'avait même pas pris le soin de passer un coup de fil pour nous prévenir de sa décision au sujet de Belfort, ce qui est pour le moins désagréable. Je lui ai donc rappelé certaines règles. Et ce n'est pas qu'une question de susceptibilité. On est sur des enjeux de politique industrielle lourds, notamment dans le secteur ferroviaire. Et franchement, découvrir dans la presse une telle décision, comme si les choses étaient déjà actées, ce qui n'est pas le cas, ça ne se fait pas. Oui, il y avait urgence à s'expliquer.

 

N'était-ce pas non plus également un moyen de lui rappeler qu'un plan social n'est surtout pas souhaitable ?

Pour le moment, ce qu'il propose, ce sont des solutions de mobilité. Mais attention, les différents sites d'Alstom se répartissent sur plusieurs centaines de kilomètres. Ce ne sera donc pas toujours possible. Je le lui ai donc rappelé. Tout comme je lui ai rappelé que nous étions là pour discuter de la réponse à apporter aux difficultés que rencontre le groupe. En imaginant peut-être par exemple des synergies possibles avec d'autres acteurs du territoire, des groupes industriels importants. D'autant que le secrétaire d'Etat aux Transports, Alain Vidalies, a rappelé hier que les annonces de commandes, notamment de 30 nouvelles rames Intercités, promises en février, seront tenues.

 

De nombreux plans sociaux ont été annoncés ces derniers ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • bordo il y a 3 mois

    Menteur ! C'est une simple gesticulation pour faire croire au bon peuple que l'on fait quelque chose. Dur este c'est une société cotée et c'es une information importante selon la réglementation. Quant à l'histoire du coup de fil, bonjour le délit d'initiés.

  • aerosp il y a 3 mois

    quel ment eur, l'état était au conseil d'administration (20%) et était au courant depuis longtemps de la fermeture du site car les provisions apparaissaient sur le bilan