Christophe Jallet revient sur son départ du PSG

le
0
Christophe Jallet revient sur son départ du PSG
Christophe Jallet revient sur son départ du PSG
Invité du Canal Football Club, Christophe Jallet, le latéral droit de Lyon, est revenu sur son départ du Paris Saint-Germain. L'ex-Lorientais est parti chercher du temps de jeu mais aussi un peu plus de " déconne ".

Alors que Serge Aurier connaît des débuts très compliqués avec le Paris Saint-Germain, Christophe Jallet (31 ans), le latéral droit de Lyon, est revenu sur son départ lors du Mercato d'été. « Je suis parti car j'avais moins de temps de jeu, a expliqué l'ancien Lorientais dans le Canal Football Club. Je n'avais pas une perspective d'avenir forcément réjouissante, à la fois sur le terrain et un peu dans le vestiaire. Cela se passait très bien, mais il me manquait quelque chose humainement. Les années précédentes étaient totalement différentes, et c'est vrai que j'ai besoin de ça. »

« Besoin d'un peu plus de déconne à côté »

Alors que les résultats étaient au rendez-vous, l'international français avait un manque au niveau relationnel. Explications. « Non, ce n'était pas trop professionnel, poursuit Christophe Jallet, transféré moyennant le versement d'un chèque de 750 000 euros (et 250 000 de plus en cas de qualification européenne). A partir d'un certain niveau, on est obligé d'avoir une rigueur. C'est impératif et c'est quelque chose que j'ai appris au contact des grands joueurs qui sont arrivés au sein du PSG. Je les remercie pour ça. Mais c'est vrai que j'ai besoin d'un peu plus de déconne à côté, de vivre autre chose que le football. C'était était un peu moins le cas à Paris. C'est pour cela que j'ai fait ce choix. »

Pas de scission dans le vestiaire parisien

L'ex-Niortais assure néanmoins qu'il n'y a pas scission entre les joueurs français et les éléments étrangers dans le vestiaire parisien. Enfin presque... « Oui et non, on ne peut pas empêcher ça dans un vestiaire, conclut Christophe Jallet. Déjà, il y a la barrière de la langue. Quand on discute avec quelqu'un qui parle la même langue, c'est forcément beaucoup plus simple. Maintenant, je peux vous dire que l'on s'entendait très bien sur le terrain et en dehors, il y avait une amitié et une affection. » Désormais, c'est donc loin des yeux et près du c½ur...

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant