Christophe Galtier attend plus de son équipe

le
0
Christophe Galtier attend plus de son équipe
Christophe Galtier attend plus de son équipe
Christophe Galtier, l'entraîneur stéphanois, ne cache pas sa déception après la défaite de jeudi contre les Trucs de Karabükspor (1-0, barrages aller de Ligue Europa). Pour lui, les Verts n'ont été au niveau d'une telle compétition.

Christophe Galtier, quel regard portez-vous sur cette défaite sur le terrain de Karabükspor ?
On n'a pas fait un match de Coupe d'Europe.

Pourquoi ?
Je ne sais pas. L'adversaire a eu peu de situations. Un tir cadré sur coup-franc en première période, un deuxième tir en seconde mi-temps qui génère le but. Des matchs de Coupe d'Europe, c'est beaucoup d'intensité. Quand on ne peut pas rivaliser avec des joueurs avec un fort potentiel athlétique au milieu, on doit amener beaucoup plus d'intelligence. L'adversaire a eu une mainmise sur le match lorsque l'on a commencé à faire des passes latérales. On a subi l'intensité et l'abnégation des Turcs. Nous avons eu des situations. Mais mis à part le manque de réussite sur la tête de Bayal (29eme), il a manqué cette agressivité. Il y a des images symboliques. Je m'attendais à un match dur sur un plan athlétique, mais on n'a pas fait les courses nécessaires et on n'a pas eu la rage. On a été gentil, on a été politiquement très correct.

« Pas ce genre de match dans notre championnat »

Est-ce un coup d'arrêt après vos deux victoires pour débuter la Ligue 1 ?
Il fallait ne pas péter les plombs et rester avec une certaine maîtrise. Mais avec celle-ci, on doit faire plus. Plus dans les courses, plus dans la conquête du ballon. Il fallait aussi moins de déchet technique. On n'a pas ce genre de match dans notre championnat ou très peu. Je l'avais dit aux joueurs : peu importe l'adversaire, il n'y a pas un match de championnat qui ressemble à la Coupe d'Europe.

Les Turcs ont aussi su faire preuve de malice...
Le vice n'est pas un défaut. Ce n'est pas forcément triché. On n'a pas eu ça. Ils ont su casser le rythme, ils ont su nous forcer à mettre le ballon en touche sur des situations offensives pour nous. Je l'ai en travers en gorge. Il faut trente-huit matchs de championnat pour terminer quatrième et venir faire un barrage. Sur ça, il faut que l'on apprenne très, très rapidement.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant