Christine Lagarde : sur l'affaire Tapie, «j'ai peut-être été trompée»

le
5
Christine Lagarde : sur l'affaire Tapie, «j'ai peut-être été trompée»
Christine Lagarde : sur l'affaire Tapie, «j'ai peut-être été trompée»

Elle a décrispé une institution tétanisée par le scandale Dominique Strauss-Kahn et dépoussiéré une vision orthodoxe de l'économie. Nommée directrice du Fonds monétaire international (FMI) en 2011, Christine Lagarde a été réélue pour un deuxième mandat l'été dernier. L'aboutissement d'une carrière menée tambour battant. Anglophone, avocate d'affaires au sein du prestigieux cabinet américain Baker & McKenzie, dont elle a gravi un à un tous les échelons, elle a ensuite été ministre de l'Economie sous Nicolas Sarkozy.

 

Christine Lagarde est aujourd'hui l'une des femmes les plus puissantes de la planète, qui parle d'égal à égal avec les chefs d'Etat. Trump, le Brexit, l'élection française, mais aussi l'affaire Tapie... Elle a accordé au «Parisien» - «Aujourd'hui en France» un entretien exclusif à Washington DC, siège du FMI.

 

TRUMP, BREXIT, CRISE GRECQUE. «Le protectionnisme a été catastrophique»

 

Le retour du protectionnisme dans le monde vous inquiète-t-il ?

Les incertitudes actuelles ne sont pas économiques ou financières, elles sont politiques. Face à cette situation, le FMI a un devoir de pédagogie qui consiste à expliquer en quoi la mondialisation a été fondamentalement nécessaire pour se relever des cendres de la Seconde Guerre mondiale et de quelle manière elle fournit des avantages, au premier rang desquels une réduction profonde de la pauvreté. Nous devons très clairement rappeler ce qui s'est passé dans les années 1930. Rappeler comment le protectionnisme a été catastrophique pour les plus démunis, comment il a entraîné le monde dans un gouffre humain.

 

Nous sommes dans les années 1930 ?

Non, mais il y a un certain nombre de parallèles. Pour autant, il ne s'agit pas simplement d'expliquer que la mondialisation a réduit les inégalités entre pays et fait sortir de la pauvreté 300 millions de personnes. Nous devons impérativement nous concentrer sur le sort ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


A lire aussi sur Le Parisien.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • fquiroga il y a 12 mois

    a l'insu de son plein gré??????

  • bearnhar il y a 12 mois

    Le premier réflexe qui est de commencer par nier, systématiquement, ça c'est le B.A. BA de l'école des malfrats, c'est donc juste marrant qu'ils commencent tous de cette manière, à se demander si c'est ce qu'on leur apprend dans nos très hautes écoles...?

  • bearnhar il y a 12 mois

    La manière dont ces gens font de la politique, je sais bien qu'il faut être un tu-eur dans ce métier, ça se rapproche souvent du grand banditisme, au minimum de la bande organisée.

  • paga123 il y a 12 mois

    allez MADAME! un peu de courage pour une fois , le nom du personnage qui vous a poussé a déverser une telle somme!!

  • bearnhar il y a 12 mois

    Lorsqu'on s’apprête à faire débourser à l'état presqu'un demi milliard d'€, on a juste pas le droit de se tromper !! Et elle n'en est toujours pas sure, p'tet ben qu'oui, fabuleux...Par contre il y a une chose pour laquelle elle excelle, ils sont tous au top sur ce point, ne jamais prononcer le nom des commanditaires, car ça n'est pas elle qui a décidé seule de déverser ce pactole sur Tapie.