Christiane Taubira sifflée puis applaudie sur la grande scène de Solidays

le
0
Christiane Taubira sifflée puis applaudie sur la grande scène de Solidays
Christiane Taubira sifflée puis applaudie sur la grande scène de Solidays

Des sifflets... et des applaudissements. Christiane Taubira, l'ex-garde des Sceaux a été copieusement accueillie dans la nuit de samedi à dimanche sur la grande scène du festival Solidays, qui se tient tout le week-end à l'hippodrome de Longchamp (Paris XVIeme arrondissement). Il est un peu plus de minuit, quelques minutes avant que le groupe Deluxe ne monte sur scène, quand Luc Barruet, le directeur de Solidarité Sida se lance dans le traditionnel hommage aux nombreux bénévoles de rendez-vous destiné à la lutte contre le Sida. 

A la surprise générale, il accueille sur scène Christiane Taubira. Invitée samedi aprés-midi, elle a tenu un débat autour du thème «Rompre avec l'indifférence ». Mais son moment viendra finalement au coeur de la nuit, quand l'ex-ministre apparaît alors, souriante, saluant la foule de quelque 30 000 personnes d'un geste présidentiel de la main, dans un tailleur pantalon et foulard coloré autour du cou. Les réactions sont immédiates. Des sifflets, nombreux, suivis de festivaliers qui hurlent « Qu'est ce qu'elle fait là ? », hurle une jeune fille. « Pas de politiques ! », enchaîne un autre. Imperturbable, Christiane Taubira, présente ses félicitations aux bénévoles, alors qu'elle explique qu'elle a passé plus de 4 heures à la rencontre des associations. Sur les réseaux sociaux, des photos d'elle portant le bonnet phrygien avec les militants de la Ligue des droits de l'homme témoignent de ses déambulations. Mais elle est désormais seule sur scène.

Un public exaspéré

« J'ai accepté de revenir pour l'hommage réservé aux bénévoles qui soulagent», explique-t-elle avant d'enchaîner, alors que de premières personnes lancent des chuts au public qui continue de la siffler. « J'ai envie de partager avec vous une parole amérindienne. Une fois tous les bruits seront contraires, tous les bruits du monde dans un seul endroit et je m'y trouvais parce qu'ils seront contraires dans ma maison. Et ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant