Christiane Taubira : "Que les racistes le sachent, je vis et je vivrai"

le
2
Christiane Taubira publie L'Esclavage raconté à ma fille, ce jeudi 7 mai.
Christiane Taubira publie L'Esclavage raconté à ma fille, ce jeudi 7 mai.

"Ils n'auront pas mon suicide." Dans un long entretien à Paris Match, la garde des Sceaux ne mâche pas ses mots. Visée par des attaques racistes, elle revient sur ces violences à l'occasion de la sortie de son ouvrage L'Esclavage raconté à ma fille", à paraître ce jeudi 7 mai chez Philippe Rey.

Parmi les attaques, on se souvient de la banane lancée par la Manif pour tous, mais aussi de la photo de singe publiée sur Facebook par une ex-candidate FN aux municipales. Mais ce déferlement de haine ne date pas d'hier. Le racisme, Christiane Taubira l'a côtoyé dès l'école à Cayenne, puis en tant qu'étudiante à Paris. "Mais c'est en 2005, après les émeutes en banlieues que je suis devenue noire", raconte-t-elle à l'hebdomadaire. La ministre s'explique alors : "Sans arrêt, on m'invitait sur les plateaux de télévision pour parler des Noirs. Je ne savais pas quelles compétences particulières j'avais, je n'ai pas fait des études spéciales sur les Noirs... À cette époque, je travaillais sur les mines antipersonnel, sur les essais nucléaires, sur la dette des pays du Sud, mais on ne me sollicitait pas pour cela. Le système médiatique m'a enfermée dans ma couleur."

"Cette violence est incommensurable"

Aujourd'hui, elle assure que "c'est de plus en plus violent", surtout depuis le 17 mai 2012, date de son arrivée au ministère de la Justice. "Pour moi personnellement. Pour mes quatre enfants qui prennent ça en pleine figure, pour mes...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mucius le jeudi 7 mai 2015 à 20:40

    On connaît trop la taubira pour savoir qu'elle ne suicidera pas : la place est trop bien payée et en plus elle peut dire n'importe quoi pour déconsidérer la République Française qu'elle déteste.

  • JOG58 le jeudi 7 mai 2015 à 19:20

    Elle a encore droit à la parole...ah bon....