Christiane F., une vie maudite

le
1
Christiane Felscherinow, le 11 octobre 2013.
Christiane Felscherinow, le 11 octobre 2013.

Christiane F. est vivante. Tous ceux qui ont lu Moi, Christiane F., 13 ans, droguée, prostituée se demandent : comment ? Et tous ceux qui liront le deuxième tome de sa biographie* refermeront l'ouvrage et se diront : jusqu'à quand ? Christiane F. est atteinte d'une hépatite C et d'une cirrhose du foie. La facture d'une vie de dépendance. "Je ne sais combien de temps il me reste à vivre. Je ne me pose pas la question. J'en suis incapable, écrit-elle. Souvent j'ai eu hâte que ce moment arrive. Mais quand même qui aurait cru que j'aurais un jour 51 ans." Il y a trente-cinq ans, son premier livre se refermait sur la famille Felscherinow au sommet du désespoir, leur fille aînée envoyée de force par la mère chez sa grand-mère dans la campagne de Kaltenkirchen, loin de la drogue et du quartier miteux de la gare de Zoo, à Berlin-Ouest, où elle tapinait. Dans la dernière scène, elle joue avec des enfants dans une carrière de calcaire. Elle boit aussi du vin rouge et fume du hasch, jamais loin de retomber dans son ancienne vie. Une fin ouverte. Un morceau de vie qui a bouleversé bien au-delà d'une Allemagne divisée par le Mur. Traduit en dix-huit langues, il sera vendu à cinq millions d'exemplaires dans le monde. En Allemagne, le livre est même imposé comme lecture obligatoire dans les écoles, comme un contre-exemple. Et la suite ? Christiane la raconte, telle qu'elle l'a vécue : brute et flippante, avec beaucoup de naïveté et de...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M6695204 le lundi 21 oct 2013 à 08:40

    Bof,ont est content pour elle......Tant d'autre sont dans une autre misère qui n'ont ni tapiné ni fumer et qui ont encore suffisamment d'amour-propre pour ne pas mettre en scène ne pire de soi.