Christian Noyer plaide pour une baisse du taux du Livret A

le
2
CHRISTIAN NOYER FAVORABLE À UNE BAISSE DE LA RÉMUNÉRATION DU LIVRET A
CHRISTIAN NOYER FAVORABLE À UNE BAISSE DE LA RÉMUNÉRATION DU LIVRET A

PARIS (Reuters) - Le gouverneur de la Banque de France, Christian Noyer, a déclaré mercredi que la rémunération de l'épargne réglementée, à commencer par le Livret A, devait mieux refléter les baisses de taux décidées par la Banque centrale européenne pour favoriser la reprise de l'économie.

"La Banque centrale européenne a baissé deux fois agressivement ses taux depuis la dernière fois où le livret A a bougé", a-t-il dit.

Si l'on veut que l'économie française en profite, "il faut que cette politique monétaire soit transmise, il faut que l'ensemble des taux des crédits reflètent ça, il faut que les taux des dépôts reflètent cette évolution à la baisse", a ajouté Christian Noyer lors de la présentation du rapport annuel de l'Observatoire de l'épargne réglementée.

Le gouverneur de la Banque de France s'exprimait à la veille de la publication du chiffre de l'inflation du mois de juin en France, qui sera pris en compte pour une éventuelle révision du taux du livret A au 1er août.

Si le taux d'inflation constaté en mai - +0,6% sur douze mois hors tabac - était confirmé sur juin, sa formule de calcul ramènerait la rémunération du livret A théoriquement à 0,75%, alors qu'elle se situe à 1,25%, son plus bas niveau historique, depuis l'été 2013.

Une fois publié le chiffre de juin, Christian Noyer doit faire une recommandation sur le taux du Livret A au gouvernement, qui aura le dernier mot.

L'ancien ministre de l'Economie Pierre Moscovici avait décidé en janvier, lors de la dernière révision du taux, de le maintenir à 1,25% au nom de la protection de l'épargne populaire alors que le gouverneur de la Banque de France proposait de le ramener à 1,0%.

Christian Noyer, qui est également membre du conseil des gouverneurs de la BCE, avait alors insisté sur l'écart entre le principal taux directeur de celle-ci, qui était de 0,25%, et la rémunération du livret A. La BCE a ramené depuis son taux de refinancement à 0,15%.

"Je ne peux pas d'un côté participer à des décisions à Francfort de baisse des taux pour favoriser la reprise de l'activité économique de la zone euro et considérer que la France n'a pas besoin de reprise économique et qu'elle peut s'abstenir de transmettre cette politique", a-t-il dit mercredi.

Il a estimé qu'une baisse du taux du livret A profiterait également au secteur de la construction, aujourd'hui en panne, en diminuant les coûts de financement du logement social, qui est assuré par les fonds de l'épargne réglementée centralisés à la Caisse des dépôts.

"Il faut que les offices HLM aient des marges de manoeuvre en termes de coûts des ressources pour pouvoir construire davantage", a-t-il dit, avant de se prononcer pour un nouveau processus de fixation du taux du livret A.

"Nous sommes dans une phase dans laquelle un retour si possible à une automaticité de la fixation serait sans doute bienvenue", a-t-il dit.

(Yann Le Guernigou, édité par Marc Joanny)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • d.e.s.t. le mercredi 9 juil 2014 à 20:16

    Un bou..ffon sans intérêt dans une banque qui n'a plus de raison d'être et qui coûtent cher tous les deux: qu'on se débarrasse des deux le plus vite possible! Mais ce n'est le pin.gouin ramolli qui aura ce courage!

  • Georg47 le mercredi 9 juil 2014 à 20:00

    Et moi je plaide pour que le salaire de Noyer soit indexé au taux du Livret A avec coef 100.15% de baisse du Livret = 1.5% de baisse de son salaire