Christian Gourcuff, mieux qu'un pansement, un vaccin

le
0
Christian Gourcuff, mieux qu'un pansement, un vaccin
Christian Gourcuff, mieux qu'un pansement, un vaccin

Confronté à une crise sportive depuis son titre de champion de France en 2009, Bordeaux s'active pour trouver son prochain entraîneur la saison prochaine. Le nom de Christian Gourcuff revient avec insistance et les dirigeants girondins auraient tort de se priver de ses services.

Un peu plus de deux semaines après le limogeage de Willy Sagnol, c’est Ulrich Ramé qui officie chaque jour à la tête de l’équipe première des Girondins de Bordeaux. Une équipe mal en point, seulement quatorzième de Ligue 1, et pas encore assurée de se maintenir dans l’élite à l’issue de l’exercice en cours. Sans le dire clairement, les dirigeants bordelais ont fait de l’ancien gardien du club aquitain une solution à court terme. Et depuis plusieurs jours, on s’active en coulisses pour trouver l’entraîneur qui débutera sur le banc des Marine et Blanc la saison prochaine.

Gourcuff cherche un nouveau défi

Selon RMC, un rendez-vous a été fixé dans les prochains jours entre l’actionnaire Nicolas De Tavernost et le président Jean-Louis Triaud pour arrêter un choix définitif. Une dizaine de CV auraient été reçus par les Girondins. Mais après les pistes Marcelo Gallardo, Marc Wilmots et René Girard, c’est le nom de Christian Gourcuff qui revient avec insistance du côté du Haillan. Actuellement sélectionneur de l’Algérie, le Breton souhaite quitter ses fonctions pour retrouver le quotidien d’un club, comme il l’a confirmé au Télégramme jeudi. « Oui, je veux partir, ce n'est pas nouveau, je l'ai déjà dit au président de la Fédération au mois de novembre », a confié l’intéressé. « Tout ça, c'est du baratin, a répondu Jean-Louis Triaud à RMC jeudi soir. Je ne sais pas d'où ça sort. Il n'y a pas de réflexion du tout par rapport à ça. Ce n'est tout simplement pas à l'ordre du jour. Nous n'avons aucun contact avec Christian Gourcuff. »

Plus que de résultats, Bordeaux a besoin d’un projet

Pourtant, le choix de l’ancien entraîneur de Lorient serait clairement le bon pour Bordeaux. Mieux qu’un pansement, le père de Yoann Gourcuff serait peut-être le vaccin dont a besoin le club au Scapulaire, à la peine sportivement depuis son titre de champion de France en 2009 et le départ de Laurent Blanc. Récemment, un des glorieux anciens, Christophe Dugarry, s’était ému du manque de projet à Bordeaux. « Aujourd’hui, quel est le projet et les envies de ce club ? Soit ils ont les moyens d’avoir des ambitions élevées, soit ils ne les ont pas et il faut partir sur la formation avec des jeunes et je crois que les Bordelais, les partenaires, les gens qui aiment ce club, les joueurs, ont besoin de savoir quelle direction va prendre ce club et on n’a aucune visibilité. J’ai l’impression que c’est un petit peu du bricolage. Ce club ne peut pas continuer comme ça », avait mis en garde le champion du monde 1998.

Un bâtisseur et formateur hors-pair

Or Christian Gourcuff, c’est tout sauf du bricolage. Hormis un passage éclair à Rennes au début des années 2000, l’entraîneur de 60 ans a acquis une réputation de bâtisseur. Notamment à Lorient, où il a passé plus de vingt ans sur le banc en cumulant des expériences dans les années 1980, 1990 et plus récemment de 2003 à 2014. A chaque fois, l’actuel sélectionneur des Fennecs a mis en place une philosophie basée sur un jeu tourné vers l’avant. Et au moment où Bordeaux manque d’économies et pourrait faire le choix de la jeunesse, les qualités de formateur de l’ancien coach des Merlus parlent pour lui. Sous ses ordres, Darcheville, Gignac, Morel, Jallet, Koscileny, Ciani, Abriel, Gameiro ou encore Guerreiro ont débuté ou ont donné un élan décisif à leur carrière. Forcément séduisant pour le président Triaud qui, en plus, a l’avantage de bien connaître la famille bretonne…

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant