Christian Estrosi, candidat décomplexé

le
0
Candidat à la primaire à droite en vue de l'élection présidentielle de 2017, Christian Estrosi est prêt à aller jusqu'au bout. Sauf si...
Candidat à la primaire à droite en vue de l'élection présidentielle de 2017, Christian Estrosi est prêt à aller jusqu'au bout. Sauf si...

Vingt-quatre heures, et puis s'en va. Ce lundi, Christian Estrosi était en Israël pour parler sécurité, faire connaître sa bonne ville de Nice et soigner ses relations avec la communauté juive. Une visite au pas de course : rapide pose devant le mur des Lamentations, interview à la chaîne d'information i24 et, surtout, rencontre avec le Premier ministre Benyamin Netanyahou. Un simple député français reçu en tête à tête par un chef d'État ? Le dirigeant israélien rencontrait en fait le même jour un groupe d'une trentaine de parlementaires français. Après l'annonce de sa candidature à la (probable) primaire UMP pour l'élection présidentielle de 2017, Christian Estrosi soigne particulièrement son image, à commencer par ce bon coup médiatique. "Comment il a obtenu ça ?" lâche un député centriste présent..., qui hallucine devant l'importance de la délégation niçoise. Conseillers, experts, entrepreneurs, journalistes : en tout, une quinzaine de personnes sont de la partie. C'est grâce au lobbying intense de la maire de Netanya, commune jumelée avec Nice, dont Estrosi est maire, que l'ancien ministre a pu snober ses homologues. "Moi et Netanyahou, ça fait dix ans que ça dure ! Pas une année sans que je vienne en Israël", balaye-t-il en réponse aux jaloux, rappelant au passage qu'il côtoyait déjà le président du Likoud lorsque ce dernier était dans l'opposition. "Tout le temps en campagne" Israël en juin, Russie en octobre,...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant