Christian d'or

le
0
Christian d'or
Christian d'or

À 17 ans seulement, Christian Pulisic s'apprête à disputer sa première compétition internationale majeure. En plus de faire tomber tous les records de précocité, le petit protégé de Thomas Tuchel pourrait devenir le premier Américain à jouer les premiers rôles en Europe.

Il a l'âge auquel on passe généralement son printemps à s'arracher les cheveux sur des manuels de français et de sciences. Ou celui auquel on passe généralement son printemps à fumer des cônes sur les bancs d'un parc public après les cours. C'est selon. Lui ne fait normalement ni l'un ni l'autre. Pas de calculettes, pas d'équerre, pas même un stylo dans le sac, mais des crampons, des maillots et des chaussettes. Quand la plupart des adolescents attendent près de la fenêtre que le facteur passe pour intercepter un mauvais bulletin, lui parcourt les coupures de presse faisant son éloge. Les félicitations, il les a obtenues haut la main tout au long de l'année. Ce n'est pas juste un jeune joueur qui obtiendra son bac avec mention. C'est un petit génie sur qui une nation entière a posé des espoirs presque démesurés. Avec lui doit naître la nouvelle ère du soccer. Lui qui a su prendre le meilleur des States, de l'Angleterre et de l'Allemagne doit maintenant réussir un savant mélange pour réussir au plus haut niveau. Et les professeurs du monde entier auront les yeux rivés sur ses entrées en jeu pendant la Copa América Centenario.

Voyage sur les terres des Pilgrim Fathers


Quand les sujets de la couronne d'Angleterre ont débarqué du Mayflower, ils n'avaient apparemment pas apporté le football dans leurs cales. Il a donc fallu que le jeune Christian retourne sur les terres de naissance du football pour en découvrir les joies et les secrets. Il n'a que 7 ans quand ses parents, Mark et Kelley - qui vient d'obtenir une bourse pour aller enseigner à l'étranger - l'emmènent au Royaume-Uni. À quelques kilomètres au nord d'Oxford, Christian est inscrit dans le club de Brackley Town. Un déclic. "Le coach, Robin Walker, a été d'une grande influence pour Christian, et nous sommes encore amis aujourd'hui. Christian est vraiment tombé amoureux du jeu et a commencé à être obsédé par le football. Il jouait tous les jours, à l'école, après l'école, partout, avec les gamins du coin", raconte au Guardian Mark, le père de Christian, ancien joueur professionnel de football en salle. Le petit gamin de Pennsylvanie veut tout connaître du ballon rond. D'Old Trafford à White Hart Lane en passant par les petits stades des clubs de divisions inférieures, Pulisic assiste à des dizaines de…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant