Chris Mavinga, le talent trop pressé

le
0
Chris Mavinga, le talent trop pressé
Chris Mavinga, le talent trop pressé

À 18 ans, Chris Mavinga quittait la réserve du PSG pour Liverpool avec une flatteuse réputation. 6 ans et 5 clubs plus tard, voilà le défenseur à Troyes et de retour au Parc des Princes dans l'anonymat. Itinéraire d'un môme doué mais trop pressé.

Chris Mavinga, pur produit de la formation parisienne, est né un… mai. Le jour de la victoire de l'OM en Ligue des champions contre l'AC Milan en 1993. Mavinga fêtait son deuxième anniversaire ce soir-là. À 15 ans, le gamin de Meaux signe au PSG et ne va pas se contenter de vivoter. Très vite surclassé, Chris Mavinga saute les étapes : titulaire chez les U17 puis les U19. En 2008, il s'enfile toute une saison de CFA comme starter (arrière gauche ou central) à seulement 18 ans. Son nom est sur toutes les lèvres. L'histoire raconte que Gilles Grimandi, scout d'Arsenal, se déplace souvent pour voir jouer le garçon. Un jeune homme qui fait ses matchs et qui profite des différents forums parlant des matchs de jeunes du PSG pour demander ce que l'on avait pensé de ses performances… sous un faux pseudo. Oui, Mavinga est un perfectionniste. On lui prédit un brillant avenir. Surtout qu'au sein de la formation parisienne, les jeunes qui ont tenu l'équipe de CFA à bout de bras ne sont pas légion. Loin du trio Sakho-Coman-Charbonnier (oui, celui de Reims), Mavinga est performant et régulier. D'autant qu'il est en avance sur tous ses copains de promotion. Cette avance, il va la payer cash en cédant aux sirènes de Liverpool. À 18 ans, alors que son contrat d'aspirant arrive à son terme au PSG, il préfère se lier à Liverpool et un salaire XXL (on parlait de plus de 55K mensuels), plutôt qu'à son club formateur qui lui proposait un contrat professionnel standard. Liverpool, Anfield, Steven Gerrard. Mavinga rêve… mais va déchanter.

Il ne jouera jamais pour les Reds qui le prête au Racing Genk, en Belgique. En Jupiler League en cours de saison, le Français joue ses premiers matchs professionnels, mais le pays de Jean-Claude Van Damme ne gardera de son passage chez lui qu'un seul geste. Et pas le meilleur. Lors d'un match contre le Standard de Liège, Mavinga confond la tête de son adversaire Mehdi Carcela avec le ballon. Bilan : multiples fractures au visage, mâchoire et nez cassés pour Carcela. En bonus, un carton jaune seulement. Le jeune défenseur est choqué et ne savoure pas le titre de champion de Belgique comme il se doit. " Je suis content que nous soyons champions, mais j'ai mal pour lui. Je suis vraiment désolé que ça se soit passé. Je comte bien faire quelque chose pour lui dans les prochains jours. C'était compliqué de jouer après ça, l'image de…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant