Chômeurs séniors : recul du départ à la retraite et allongement de l'allocation chômage

le
0

De nombreuses collectivités territoriales ont contracté des emprunts toxiques, en France. Cet emprunt se caractérise par de faibles mensualités initiales, avant une augmentation.

Principe d'une dette normale

L'emprunt toxique s'oppose, par définition, à un emprunt « normal ». Dans ce dernier cas, il s'agit d'un crédit assorti d'un taux fixe ou d'un taux variable. Si le taux est fixe, à 3 ou 5 % par exemple, on peut définir le montant total des intérêts dès la souscription du crédit. Lorsqu'un taux variable est retenu par l'organisme prêteur, le taux est adapté aux fluctuations de l'inflation. Ainsi, cette solution sera moins avantageuse si le niveau de l'inflation est en hausse.

Le principe d'un emprunt toxique

L'emprunt toxique peut se distinguer d'un emprunt normal par l'application d'une formule de calcul plus complexe qu'un simple taux fixe ou variable. De fait, il est possible d'associer des types de formules différents. La grande caractéristique de l'emprunt toxique est de révéler son risque, au fil des années.

Phases de bonification et de risque

Le danger et la séduction d'un emprunt toxique résident dans sa première phase, que l'on peut nommer phase de bonification. Dans ce premier temps, qui peut durer un à trois ans, le taux du crédit est assez faible et fonctionne à la manière d'une offre promotionnelle. Car suit la phase de risque, où une formule plus complexe et moins intéressante s'applique. Cette phase est nettement plus longue que la première et peut durer dix à trente ans, selon le montant emprunté.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant