Chômage, social, école, 35 heures... Les premières propositions d'Emmanuel Macron

le , mis à jour à 10:43
5

L'ancien ministre de l'Économie, qui devrait officialiser sa candidature à la présidentielle d'ici un mois, a dévoilé dans L'Obs une partie de son programme.

Emmanuel Macron le 26 octobre 2016. ( AFP / PHILIPPE LOPEZ )
Emmanuel Macron le 26 octobre 2016. ( AFP / PHILIPPE LOPEZ )

La candidature d'Emmanuel Macron à la présidentielle de 2017 se précise. L'ancien ministre de l'Économie "déclarera sa candidature avant le 10 décembre", a affirmé mardi son entourage, sept mois après le lancement de son mouvement "En marche !". Des propos qu'ils ont par la suite tenté d'atténuer en assurant que sa décision n'était pas prise à ce stade.

Alors que ses détracteurs lui reprochaient son manque de programme, l'ancien banquier a détaillé jeudi 10 novembre dans L'Obs ses "solutions" sur le plan social, avant de présenter prochainement ses propositions concernant l'Europe et les finances publiques.

Voici ses principales propositions :

• "PLUS DE SOUPLESSE ET DE FLEXIBILTÉ" SUR LES 35 HEURES

"Quand on est jeune, 35 heures, ce n'est pas long", affirme l'ex-ministre qui fait remarquer au gouvernement en s'en prenant au totem des 35 heures. Selon lui, ce "débat (sur la conservation ou non des 35 heures) est devenu surréaliste" et il faut dans le domaine "plus de souplesse, plus de flexibilité".

S'il faut "conserver une durée légale, un socle", il faut "laisser ensuite aux branches le soin de la moduler s'il y a des accords majoritaires". "Il faut aussi s'adapter aux individus. On peut ainsi imaginer que les branches professionnelles négocient une possibilité pour les salariés qui le souhaiteraient de travailler moins à partir de 50 ou 55 ans : 30 heures, 32 heures, pourquoi pas ? En revanche, quand on est jeune, 35 heures, ce n'est pas long", explique le quasi-candidat à la présidentielle.

"Quand on est jeune, 35 heures, ce n’est pas assez, ajoute-t-il. On veut travailler plus, on veut apprendre son job. Et puis, il y a un principe de réalité. Un entrepreneur raisonne ainsi : ce jeune n’est pas qualifié, je veux bien l’embaucher mais il va apprendre son job en entrant dans mon entreprise, donc il faut qu’il effectue davantage d’heures."

• DES RETRAITES À LA CARTE

Emmanuel Macron souhaite également davantage de flexibilité s'agissant des retraites. "Certains veulent la prendre à 60 ans, d'autres à 65, d'autres encore à 67. Il faut pouvoir moduler selon les individus et les situations", explique l'ex-ministre.

• DROIT AU CHÔMAGE POUR LES MICRO-ENTREPRENEURS ET INDÉPENDANTS

Reprenant des propositions déjà faites au Mans et à Montpellier, il réaffirme son souhait de voir gérer lui-même l'Unedic. "Il est hypocrite de prétendre que l’assurance-chômage est encore un système paritaire : ce régime est en déficit permanent (...) et c’est l’État qui en garantit in fine l’équilibre financier [...] Il faut que l’État prenne ses responsabilités et gère lui-même l’Unedic. Car il n’y a rien de pire qu’un système où celui qui décide n’est pas celui qui paie."

Il veut aussi protéger des aléas de la vie professionnelle "ceux qui aujourd'hui ne sont pas couverts", en particulier "ceux qui sont au régime de la microentreprise ou les indépendants", et permettre aux salariés démissionnaires de percevoir des allocations chômage.

• PLUS D'AUTONOMIE POUR L'ÉCOLE PRIMAIRE

Emmanuel Macron, qui entre pour la première fois à l'occasion de cette interview dans le détail de son projet, met aussi sur la table plusieurs propositions dans le domaine scolaire. Affirmant que "la mère des batailles" se joue dans le primaire, il entend donner "beaucoup plus de moyens et beaucoup plus d'autonomie" aux écoles en difficulté, et faire en sorte que les professeurs y soient "beaucoup mieux payés" et "reconnus".

Il veut aussi "faire évoluer" la carte scolaire, "renforcer la médecine scolaire" et introduire de la sélection à l'université "au niveau du master".

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M5062559 il y a un mois

    2010jpge. je n'ai pas d'avis défavorable mais il faut qu'il s'engage un peu plus dans des propositions concrètes ou bien une tendance. Pour l'instant c'est pas mal.

  • frk987 il y a un mois

    J'ai relu deux fois cet article, c'est vide, c'est creux, c'est nul....dans la droite ligne des politicards de l'EG à l'ED.

  • 2010jpge il y a un mois

    Lorsque vous aurez compris que c'est l'homme qu'il nous faut !!!

  • wanda6 il y a un mois

    Macron pourrait-il expliquer où sont passés les 34 milliards d'euros de son pacte de responsabilité et la promesse du million d'emplois du MEDEF ....1 500 emplois créés en 2 ans ( les Bus )

  • wanda6 il y a un mois

    Macron Young leader 2012 de la French American Foundation donc stipendié des USA et traite à l'intérêt national français promettra la lune mais si nous regardons ses réalisations concrètes nous n'en avons même pas l'image. Dans un pays en crise économique , le ministre de l'économie s'occupait de ses réseaux et de sa promotion !!!!