Chômage : opposition et syndicats pressent Hollande de changer de cap

le
8
Chômage : opposition et syndicats pressent Hollande de changer de cap
Chômage : opposition et syndicats pressent Hollande de changer de cap

Les réactions ne se sont pas faites attendre après l'annonce du nouveau record de chômeurs atteint fin avril : 3.264.400 demandeurs d'emploi sans activité et 40 000 en plus sur un mois. Les ténors de l'opposition fustigent la politique du chef de l'Etat estimant qu'il est responsable de cette hausse et le pressent de réformer. Pour certains syndicats aussi, François Hollande doit changer de cap. Face à ces mauvais chiffres et alors que le gouvernement a déjà prévenu que la situation allait de se prolonger dans les prochains mois, le président de la République a pourtant réitéré ce jeudi sa promesse d'inverser la courbe du chômage d'ici la fin de l'année.

«François Hollande est responsable et coupable» pour Copé

«François Hollande est responsable de la situation» estime Jean-François Copé. Le président de l'UMP juge le chef de l'Etat «coupable tant par son action que par son inaction». Selon lui, «rien ne permet d'anticiper une amélioration à court terme». Et d'affirmer que «toutes les prévisions s'accordent sur une forte augmentation du chômage pour les deux ans qui viennent».

Du côté de François Fillon même tonalité. L'ancien Premier ministre juge «la situation est grave», appelant à «une thérapie de choc pour sortir la France de sa déprime». Il estime que «l'augmentation continue du chômage est le résultat d'une politique qui a étouffé la productivité française et démobilisé les entrepreneurs et les investisseurs», qualifiant «les emplois d'avenir et les contrats de génération» d'«outils de pacotille».

Jean-Louis Borloo lui, s'alarme. «Il est désespérant de constater que le gouvernement n'arrive pas à passer à l'acte» Et le président de l'UDI ajoute : «Il devient choquant de devoir commenter chaque mois des dizaines de milliers de destruction d'emplois et son corolaire de drames humains, sans que rien ne se passe. Face à cette situation insupportable, le...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • puck le vendredi 31 mai 2013 à 10:30

    moi j'ai confiance car je sais que hollande a envoyé une lettre au père noel pour lui demander de changer la courbe du chômage !

  • KAFKA016 le vendredi 31 mai 2013 à 10:27

    Dernière initiative socialiste decidée sans réfléchir : surtaxation du statut d'auto entrepreneur pour des revenus - tenez vous bien - supérieurs à 10 000euros par ans sois disant pour ne pas porter concurrence aux grosses entreprises!! voila des milliers de gens qui vont rejoinder les rangs des chomeurs!!!

  • dhote le vendredi 31 mai 2013 à 09:19

    Impossible de trouver une remplacante d'accompagnatrice our le ramassage scolaire à raison de 4h/jour pendant 15 jours scolaire, alors continuons nous n'avons pas assez de chomeurs, pour que les Français se réveillent.

  • mipolod le vendredi 31 mai 2013 à 08:14

    Mais en 10 ans la droite n'a pas fait grand chose. A sa décharge, dès qu'elle voulait appliquer une réforme, tous les syndicats défilaient et bloquaient les rues de Paris.

  • mipolod le vendredi 31 mai 2013 à 08:11

    Non seulement il faut changer de cap mais également de bâteau, d'équipage et le capitaine Flam.by 1er qui va avec. A ça c'est clair fbordach, en 12 mois nous avons vu la gueu.le du changement !!!

  • pchablat le vendredi 31 mai 2013 à 08:06

    en 2014, 4 millions de chômeurs et certains sur ce forum semblent satisfaits de la politique du petit FH, pour être tarer, c'est une couche à laver tous les jours.

  • fbordach le vendredi 31 mai 2013 à 07:06

    Bienvenue au kolkhoze! Allez, le changement c'est maintenant. La Gueu... Du choc de confiance!

  • jcarre14 le vendredi 31 mai 2013 à 07:04

    Vraiment des rigolos .En 17 ans ils n'ont pas réussi à changer de cap et maintenant il faudrait que ça change en 1 an.Ils oublient un peu que maintenant ils récoltent ce qu'ils ont semé