Chômage : le Medef ne cède pas sur ses mesures d'économies

le
3
Les négociations s'annoncent serrées pour parvenir à un accord sur l'indemnisation des chômeurs.
Les négociations s'annoncent serrées pour parvenir à un accord sur l'indemnisation des chômeurs.

La conclusion d'un accord sur de nouvelle règles d'indemnisation du chômage s'annonce très difficile. Comme annoncé tôt dans la journée jeudi, les organisations syndicales et patronales (Medef, CGPME, UPA) ne sont pas parvenues à s'entendre lors d'une longue après-midi de négociation présentée comme la dernière. Alors ils jouent les prolongations vendredi matin au siège du Medef à Paris sur la base d'un nouveau projet d'accord qui devait être préparé dans la nuit. Signe d'une renégociation sous pression, l'organisation présidée par Pierre Gattaz a proposé jeudi que les mesures qui seront éventuellement acceptées ne soient valables que pour dix-huit mois, avant une véritable renégociation en profondeur des règles. Réduire à tout prix les déficits En attendant, le Medef a dû en rabattre sur ses ambitions initiales. Oubliée la remise en cause du régime spécifiques d'indemnisation des intermittents du spectacle ou l'indexation de la durée des indemnités chômage en fonction de la conjoncture économique. Deux idées iconoclastes qui avaient fait bondir les représentants des salariés. Oubliée encore la demande d'une affiliation obligatoire au régime d'assurance chômage pour les contractuels de la fonction publique (actuellement les employeurs publics ont le choix entre indemniser eux-mêmes ou l'affiliation et retiennent toujours la solution la plus intéressante pour eux). Le sujet est renvoyé à une concertation ultérieure...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.

Avertissement

Une erreur est survenue, merci de re-essayer ultérieurement.