Chômage : «L'artifice des emplois aidés ne durera qu'un temps»

le
4
VOTRE AVIS - A la publication des nouveaux chiffres du chômage, François Hollande estime que «l'inversion de la courbe du chômage est bien amorcée». Les internautes du Figaro.fr ne sont pas tous convaincus.

Peut-on encore espérer une baisse du chômage pour l'année 2013? C'est la promesse du président de la République. Mais ce pari semble compromis: les chiffres parus ce jeudi évoquent plus de 17.800 demandeurs d'emploi de catégorie A pour le mois de novembre. Si François Hollande et son gouvernement continuent à croire à l'inversion de la courbe, les internautes du figaro.fr ont des doutes.

«Que c'est bon, la méthode Coué... Ou alors François Hollande a regardé ses papiers à l'envers, d'où la courbe inversée.», raille Roland TIGARD . «Dans un contexte où l'INSEE voit le chômage continuer à grimper au moins jusqu'en juin 2014, en fait d'inversion bien amorcée, on fait mieux.», proteste Macedoine. De son côté, Deblocktwo s'interroge: «Comment p...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • fbordach le samedi 28 déc 2013 à 10:48

    Mlaure, vous pouvez même rajouter si Sarko avait été bien élevé...

  • mlaure13 le vendredi 27 déc 2013 à 18:15

    Toute cette Mer-De, est de la faute a l’UMP et à Sarko…Car si Sarko avait été moins BlingBling, et l’UMP plus responsable, on aurait pas ces Gui-gnols aux responsabilités du paquebot France !...

  • M8252219 le vendredi 27 déc 2013 à 14:21

    COMMENT CROIRE CE GOUVERNEMENT QUI SE CONTORSIONNE POUR FAIRE DIRE AUX CHIFFRES LE CONTRAIRE DE CE QU'ILS SONT.à une époque pas très lointaine c'était une paire de claques pour avoir menti

  • fbordach le vendredi 27 déc 2013 à 13:33

    la communication "optimiste" du gouvernement depuis le début de la semaine échoue sur la réalités des chiffres, malgré tous les efforts de présentation alambiquée des résultats de novembre. Il serait peut- être temps d'arrêter les effets de rhétorique et de "com" : la "baisse tendancielle de la dégradation", "l'amorce progressive de l'amélioration" et autres "c'est moins pire que si c'était plus grave" ne sont plus de saison.