Chômage et déficits lestés par la croissance faible en France

le
6
CHÔMAGE ET DÉFICITS LESTÉS PAR LA CROISSANCE FAIBLE EN FRANCE
CHÔMAGE ET DÉFICITS LESTÉS PAR LA CROISSANCE FAIBLE EN FRANCE

PARIS (Reuters) - La reprise économique française devrait rester laborieuse et il faudra attendre 2016 pour que les déficits publics soient ramenés sous 3% du PIB, avec un an de retard sur les objectifs, et que s'amorce une décrue du chômage, selon des économistes interrogés par Reuters.

Interrogés entre le 10 et le 16 juillet, ces économistes anticipent une croissance limitée à 0,7% (prévision médiane) cette année, en léger retrait par rapport à celle de 0,8% escomptée lors d'une précédente enquête, alors que le gouvernement s'en tient jusqu'ici à sa prévision initiale de 1,0%.

L'écart entre les prévisions des experts et le scénario du programme de stabilité est encore plus grand pour les années suivent : 1,3% en 2015 et 1,5% pour 2016 contre respectivement 1,7% et 2,25% officiellement attendus.

"La France devrait connaître une période prolongée de croissance faible, plus faible que la moyenne historique et plus faible que la moyenne européenne", prédit Fabrice Montagné, économiste de la banque Barclays.

Pour lui, les effets des réformes et la consolidation budgétaire menées de pair par le gouvernement ne se diffuseront que "lentement et progressivement" dans l'économie.

Dans ce contexte, l'objectif d'un déficit public ramené à 3% du PIB en 2015, comme promis par Paris à ses partenaires européens après le nouveau délai qui lui a été accordé en 2013, ne serait pas atteint avant 2016.

Les économistes interrogés tablent en moyenne sur un déficit à 3,3% l'an prochain après 3,9% cette année, puis seulement 2,7% en 2016.

La faiblesse de la croissance pèsera aussi sur l'emploi et le taux de chômage devrait rester à 10,2% cette année et ne revenir sur le seuil de 10% qu'en 2016.

(Brian Love, avec Yann Le Guernigou, édité par Sophie Louet)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • udune le jeudi 17 juil 2014 à 16:49

    2017 élection, et rebelote, repartis pour de nouvelles mesures qui mettrons un certain nombre d'années pour porter ces fruits. Le chômage n'est pas prés de baisser...Une belle bande d'incompétents qui eux ont verrouillé leur avenir avec des privilèges insensés (et définis par eux et non le peuple : je veux bien une retraite de députés, 1 mandat, une bonne retraite). Nous, 42 ans et plus pour un minimum et je ne parle pas des périodes de chômage.

  • crcri87 le jeudi 17 juil 2014 à 16:26

    Avec les socialos le déficit sera ramené à sa bonne valeur quand les poules auront des dents.

  • M7361806 le jeudi 17 juil 2014 à 16:10

    continuons a entretenir les profiteurs et les parlementaires , nous en avons les moyens!

  • jsrlak1 le jeudi 17 juil 2014 à 16:04

    Merci aux socialos et leurs idées de génie. En Allemagne, pas de socialos version français, le pays se porte bien

  • Caragold le jeudi 17 juil 2014 à 15:55

    Mais oui bien sûr en 2016 !!! Depuis le temps qu'on attends la baisse des déficits et du chômage !!! Ca fait 30 ans qu'on nous ment, et ça continue encore tous les jours. Y aura rien du tout en 2016, ni basse du déficit ni baisse du chômage. On est dans un monde ou il y a de moins en moins de croissance, ou de plus en plus de gens veulent bosser (bravo à l'éducation nationale qui à filer le BAC à tout le monde), ou la population mondiale ne cesse de croitre. Le chômage continuera donc à monter.

  • 32bits le jeudi 17 juil 2014 à 15:52

    "Moi président" ah ah ah...