Choisir le bon dépistage du cancer colorectal

le
1
La coloscopie ou le test Hémoccult s'imposent selon le niveau de risque individuel. Mais l'adhésion est insuffisante pour observer des bénéfices en santé publique. » Cancer du côlon : les signes qui doivent alerter

Échec du dépistage organisé ou prise de conscience insuffisante de la population? Chaque année en France, on dénombre 40 000 nouveaux cas et 17 000 personnes décèdent des suites d'un cancer du côlon ou du rectum (cancer colorectal), en dépit du dépistage organisé. «De plus, souligne le Pr Iradj Sobhani, gastro-entérologue cancérologue au CHU Henri-Mondor, ce cancer reste grave puisqu'une fois sur trois il est déjà à un stade avancé, métastatique, au moment du diagnostic.» Pourtant, à l'âge de 50 ans, tout Français reçoit par courrier une invitation à retirer chez son médecin traitant un kit de dépistage du cancer colorectal, l'Hémoccult II, destiné à réduire ce risque. Une démarche reconduite tous les deux ans, jusqu'à 74 ans en l'absence d'anoma...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • er3dw le vendredi 19 juil 2013 à 20:51

    Cela veut dire qu'après 74 ans vous pouvez crever, cela arrange les caisses de retraite