ChM (H) : Bourreau " un peu déçu " de la course des Français

le
0
ChM (H) : Bourreau " un peu déçu " de la course des Français
ChM (H) : Bourreau " un peu déçu " de la course des Français

Les Français n'ont pas pesé sur la course en ligne hommes des championnats du monde de cyclisme mais Bernard Bourreau, dans des déclarations recueillies par l'AFP, a souligné le courage des coureurs français : « Un peu déçu tout de même, mais malgré tout les garçons ont fait preuve beaucoup de courage dans des conditions désastreuses, infectes. J'ai apprécié l'attaque de Romain Bardet à un tour et demi de l'arrivée, le courage du petit Cyril Gautier qui a mis le feu aux poudres. On savait qu'arriver avec les tous meilleurs serait difficile. Le comportement de la jeune génération? Très bien, on ne peut rien leur reprocher, on est battus, mais ils sont jeunes, il ne leur manque pas grand chose. Il y a eu une bonne ambiance, tout le monde a bien joué le jeu. Ces jeunes, en prenant de la maturité et de l'expérience, vont être aussi compétitifs que ceux qu'on a vu devant. Rui Costa c'est le vieux roublard, vraiment le puncheur, une fois plus il a fait preuve de beaucoup d'intelligence de course, les Portugais sont champions du monde avec trois coureurs, faut le faire ! ».De son côté, Thomas Voeckler, qui a terminé à la 61eme et dernière place avoue avoir connu une course très difficile et a surtout cherché à aider ses coéquipiers mieux en jambes : « C'était très difficile pour moi aujourd'hui (dimanche), je prenais des cassures dans tous les virages, je suis descendu comme un fer à repasser, et quand on voit des chutes de partout ça n'incite pas à prendre des risques. J'ai donné un coup de main à Romain Bardet et Arthur Vichot, parce que pour moi les carottes étaient cuites, avec tous les efforts que j'avais fait pour boucher les trous. Aujourd'hui le but du jeu c'était de rester sur le vélo... Perte d'adhérence, risques, trombes d'eau, on ne peut rien reprocher aux coureurs ».Premier Français, 18eme sur la ligne d'arrivée, le champion de France Arthur Vichot a reconnu certaines limites que ne lui ont pas permis d'exister dans cette course : « Je suis fatigué... 18e ce n'est pas mauvais, mais il me manque encore le petit truc pour accompagner non pas les meilleurs, mais le deuxième groupe pour finir dans le top 10. J'ai fait un peu la course à l'envers, j'étais toujours dans des cassures et j'ai mis cinq tours à être dans le groupe, ce sont des efforts qu'on paie. On n'avait rien à perdre, on était loin d'être les favoris, on est une équipe de jeunes ambitieuse et on a tout donné dans des conditions dantesques. On n'a pas à rougir, on a passé la ligne carbonisés. J'ai peut-être appris qu'il fallait que je prenne plus confiance en moi et qu'en courant bien je peux rivaliser avec les meilleurs sur une course comme ça. Rui Costa c'est un coureur qui sent bien la course, qui fait les efforts au bon moment ».

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant