Chisnall, le dernier homme

le
0
Chisnall, le dernier homme
Chisnall, le dernier homme

Phil Chisnall est le dernier joueur à avoir été transféré directement des Red Devils aux Reds. C'était il y a 50 ans. La chose, au regard de la rivalité entre les deux clubs, serait impensable aujourd'hui. Récit d'une histoire oubliée avec comme acteurs principaux Bill Shankly, Matt Busby ou encore George Best.En son temps, Sir Alex Ferguson pouvait disserter pendant des heures au sujet de Liverpool. Lui, l'entraîneur emblématique de Manchester United, avait fait du Derby of England un rendez-vous particulier dans la saison. Le genre de rencontres qu'il ne fallait manquer pour rien au monde. Un match entre deux équipes qui se détestent par dessus tout. Dans son autobiographie, Ferguson avancera même que "son plus gros challenge n'était pas de gérer l'instant présent, mais de faire tomber Liverpool de son putain de perchoir". L'Écossais avait fait de la double confrontation annuelle contre les Reds un spectacle. Une pièce dramatique qui se joue depuis la révolution industrielle britannique entre deux villes séparées de 55 kilomètres par l'autoroute M62, puis portée à son apogée à partir des années 60 lorsque Bill Shankly remporta son premier titre de champion d'Angleterre avec Liverpool. Une période de l'histoire où Manchester United et son voisin honni rivalisaient pour devenir roi, où le hooliganisme vivait ses premières heures. Et où un homme a décidé de ne pas choisir entre les deux camps. En 1964, Phil Chisnall, alors joueur des Red Devils, signe à Liverpool contre 25 000 £ et ne se doute pas qu'il va faire changer les mentalités.
"Vous n'imaginez pas le plaisir de regarder George Best le matin à l'entraînement"
Durant l'été 64, une image plane comme un souvenir insoutenable du côté de Manchester. Un mauvais souvenir, proche du cauchemar, où le manager de Liverpool, Bill Shankly, soulève le trophée de champion d'Angleterre au milieu de ses joueurs. Une réalité datant du mois de mai précédent. Remontés en Premier League seulement deux ans auparavant, les Reds viennent de remporter leur premier titre depuis dix-sept ans et Shankly peut enfin accéder au rang de héros. De son côté, Manchester United tente de se relever du drame qui a décimé une partie de son équipe lors du crash aérien de Munich en 1958. La saison 1963-64 sera celle du renouveau pour United qui terminera juste derrière Liverpool avec dans ses rangs un jeune prodige nommé George Best, un survivant de Munich, Bobby Charlton, et deux Écossais au talent sans égal, Denis Law et Pat Crerand. Cette année-là, un jeune attaquant fait également beaucoup parler de lui. Phil Chisnall, 22 ans, grignote des bouts de rencontres et inscrit six buts en 20 matches. Rapidement éclipsé par l'émergence de Best, le...

En son temps, Sir Alex Ferguson pouvait disserter pendant des heures au sujet de Liverpool. Lui, l'entraîneur emblématique de Manchester United, avait fait du Derby of England un rendez-vous particulier dans la saison. Le genre de rencontres qu'il ne fallait manquer pour rien au monde. Un match entre deux équipes qui se détestent par dessus tout. Dans son autobiographie, Ferguson avancera même que "son plus gros challenge n'était pas de gérer l'instant présent, mais de faire tomber Liverpool de son putain de perchoir". L'Écossais avait fait de la double confrontation annuelle contre les Reds un spectacle. Une pièce dramatique qui se joue depuis la révolution industrielle britannique entre deux villes séparées de 55 kilomètres par l'autoroute M62, puis portée à son apogée à partir des années 60 lorsque Bill Shankly remporta son premier titre de champion d'Angleterre avec Liverpool. Une période de l'histoire où Manchester United et son voisin honni rivalisaient pour devenir roi, où le hooliganisme vivait ses premières heures. Et où un homme a décidé de ne pas choisir entre les deux camps. En 1964, Phil Chisnall, alors joueur des Red Devils, signe à Liverpool contre 25 000 £ et ne se doute pas qu'il va faire changer les mentalités.
"Vous n'imaginez pas le plaisir de regarder George Best le matin à l'entraînement"
Durant l'été 64, une image plane comme un souvenir insoutenable du côté de Manchester. Un mauvais souvenir, proche du cauchemar, où le manager de Liverpool, Bill Shankly, soulève le trophée de champion d'Angleterre au milieu de ses joueurs. Une réalité datant du mois de mai précédent. Remontés en Premier League seulement deux ans auparavant, les Reds viennent de remporter leur premier titre depuis dix-sept ans et Shankly peut enfin accéder au rang de héros. De son côté, Manchester United tente de se relever du drame qui a décimé une partie de son équipe lors du crash aérien de Munich en 1958. La saison 1963-64 sera celle du renouveau pour United qui terminera juste derrière Liverpool avec dans ses rangs un jeune prodige nommé George Best, un survivant de Munich, Bobby Charlton, et deux Écossais au talent sans égal, Denis Law et Pat Crerand. Cette année-là, un jeune attaquant fait également beaucoup parler de lui. Phil Chisnall, 22 ans, grignote des bouts de rencontres et inscrit six buts en 20 matches. Rapidement éclipsé par l'émergence de Best, le...


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant