Chirac, Sarkozy, Juppé... les confidences de Jean-Louis Debré

le
0
Chirac, Sarkozy, Juppé... les confidences de Jean-Louis Debré
Chirac, Sarkozy, Juppé... les confidences de Jean-Louis Debré

«Pourquoi Jean-Louis Debré ? Mérite-t-il qu'on lui consacre une biographie ?» La question, un brin cruelle, est posée dès les premiers paragraphes d'un ouvrage, qui vient de paraître aux Editions du Moment. Et pourtant... L'«antihéros», comme il y est croqué, a consciencieusement gravi les échelons, obtenant d'abord péniblement les mandats de maire et de député, puis devenant ministre, président de l'Assemblée nationale, jusqu'à occuper aujourd'hui la présidence du Conseil constitutionnel.

Un parcours qu'il devrait, selon sa biographie, davantage au peu de crainte qu'il inspire à ses adversaires qu'à son ascendance ou à sa fidélité à Jacques Chirac. Acteur de la vie politique depuis quarante ans, avant tout dénigré par ses «amis», il a été aussi un témoin de premier plan des évolutions de la Ve République, que son père, Michel Debré, a contribué à installer.

Une histoire racontée avec gourmandise par la journaliste Solange Brousse, comme s'il ne s'agissait, avant tout, que d'une affaire de familles, au pluriel. Celle d'une élite française, d'abord : Robert, le grand-père, grande figure de la pédiatrie ; Michel, le Premier ministre de de Gaulle, rédacteur de la Constitution ; Bernard, médecin, personnalité politique, jumeau et rival de Jean-Louis Debré...

Celle d'une famille politique aussi, les gaullistes, en prise avec les autres courants de la droite et du centre. En coulisse, les manoeuvres sont nombreuses. Soumis à un devoir de réserve sur la politique actuelle en sa qualité de Sage, Jean-Louis Debré livre dans «Sous-estimez-moi...» quelques anecdotes savoureuses récoltées au fil de sa carrière.

Jean-Louis Debré - «Sous-estimez moi...», par Solange Brousse (Editions du Moment).

«Sarko ne vient plus ?» A l'été 1993, Edouard Balladur se prend à rêver de présidentielle. Alors que les sondages sont favorables au Premier ministre, l'antenne présidentielle de Jacques Chirac fait grise ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant