Chirac : «Je n'ai commis aucune faute»

le
0
La justice française rendra son jugement le 15 décembre dans le procès de l'ancien président.

Jacques Chirac n'est pas là, mais il parle par avocat interposé. Debout devant le tribunal correctionnel de Paris, au dernier jour du procès dit «des chargés de mission de l'Hôtel de ville» qui s'était ouvert le 5 septembre, Me Jean Veil lit le texte que son client aurait prononcé en personne le 8 mars dernier, face à ses juges comme «un citoyen ordinaire», si les débats n'avaient pas été renvoyés pour une question de procédure. L'instant est solennel. La voix de Me Veil porte le message de celui qui présida la République pendant douze ans et n'a «rien fait qui soit contraire à la probité et à l'honneur».

Après le développement de Me Veil, Mes Marie Burguburu et Éric Dezeuze ont plaidé, longuement. Ils se sont bien appliqués, n'ont rien oublié en matière juridique, mais il est enfin temps de tordre le cou à cette galéjade selon laquelle l'ancien président de la République serait un prévenu ordinaire : personne n'y a jamais cru, ce procès a p

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant