Chine: visé par une enquête, Microsoft dit respecter la loi

le
0
Chine: visé par une enquête, Microsoft dit respecter la loi
Chine: visé par une enquête, Microsoft dit respecter la loi

Le géant informatique américain Microsoft a assuré mercredi avoir tout mis en oeuvre pour "se conformer à la loi chinoise", après l'annonce la veille par les autorités chinoises de la concurrence d'une enquête visant ses pratiques commerciales."Microsoft se conforme aux lois et règlements de chaque marché dans lequel il opère à travers le monde", a indiqué le groupe dans une brève déclaration."Pour nous en assurer, nous avons des processus de surveillance du secteur et des mécanismes de mise en oeuvre (des mesures nécessaires)", a-t-il ajouté.En conséquence, "nos pratiques commerciales en Chine sont conçues pour être en conformité avec les lois chinoises", a insisté Microsoft.L?Administration d'Etat pour l'industrie et le commerce (SAIC) a confirmé mardi avoir ouvert une enquête contre le géant américain, pour "pratiques monopolistiques présumées".Dans le collimateur de cette agence gouvernementale, figurent Windows --un système d'exploitation utilisé en Chine par la quasi-totalité des ordinateurs-- ainsi que la suite de logiciels de bureautique Office.Une centaine d'inspecteurs de la SAIC ont perquisitionné lundi quatre bureaux de Microsoft, à Pékin, mais aussi Shanghai (est), Canton (sud) et Chengdu (sud-ouest) --y confisquant des dossiers et y interrogeant des salariés, dont des cadres dirigeants --, a précisé l'agence d'Etat, assurant que l'enquête "allait se poursuivre".La SAIC a expliqué avoir reçu l'an dernier des plaintes d'entreprises tierces signalant "des problèmes de compatibilité" sur Windows et Office, et dénonçant le fait que Microsoft oblige à acheter plusieurs produits (système Windows et logiciels) en même temps.De fait, avec Windows, Microsoft exerce une écrasante domination sur le marché chinois des systèmes d'exploitation informatiques, dont il contrôlerait à lui seul 95%, selon une estimation publiée par la presse ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant