Chine, USA, UE permettront de freiner la hausse des températures-Etude

le
0

LIMA, 8 décembre (Reuters) - Les engagements récents de la Chine, des Etats-Unis et de l'Union européenne en faveur d'une limitation des émissions de gaz à effet de serre permettront de freiner la hausse des températures au cours du siècle, montre une étude scientifique diffusée lundi. Mais ces mesures ne permettront pas de tenir l'objectif de plafonner cette augmentation à 2 degrés Celsius par rapport à l'époque pré-industrielle, soulignent ces données diffusées à Lima dans le cadre de la conférence annuelle de la convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC). Cette promesse a été formulée il y a cinq ans à Copenhague par 195 pays pour réduire le risque d'inondations, de canicules et de montée des océans. D'après le "Climate Action Tracker", un instrument d'évaluation mis en place par un groupe de climatologues pour évaluer les engagements et les mesures prises par les Etats sur les émissions de gaz à effet de serre, les températures augmenteront en moyenne de 2,9 à 3,1 degrés Celsius, soit 0,2 à 0,4 degré de moins que les projections précédentes. C'est la première fois en cinq ans que des promesses d'action permettent d'infléchir la courbe de la hausse des températures calculée par cet outil mis en place par les groupes de recherche européens Climate Analytics, le New Climate Institute et l'Institut de recherche de Potsdam sur les effets du changement climatique. La Chine a promis que ses émissions connaîtraient un pic à l'horizon 2030, les Etats-Unis visent une baisse de 26-28% de leurs émissions d'ici 2025, par rapport aux niveaux de 2005, et l'UE prévoit d'abaisser ses émissions de 40% par rapport aux niveaux de 1990 d'ici 2030. (Alister Doyle; Jean-Stéphane Brosse pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant