Chine : une réforme foncière révolutionnaire

le
0
Les plus réformateurs du parti songent à privatiser les droits à exploiter la terre pour favoriser l'urbanisation.

Réunie à huis clos pour son troisième plenum, la nouvelle équipe dirigeante chinoise s'apprête à prendre des décisions qui changeront la vie de centaines de millions d'habitants. Censés fixer un nouveau cap, le président Xi Jinping, et son premier ministre, Li Keqiang, souhaitent réorienter l'économie en privilégiant la consommation intérieure aux dépens des exportations. Cela passe par une réforme du système foncier des terres agricoles et du permis de résidence, le «hukou».

Depuis les années 1990, un marché immobilier florissant s'est développé dans les zones urbaines. Mais les terres agricoles, bien qu'elles ne soient plus cultivées de façon collective, comme sous Mao, restent une propriété collective sous la responsabilité des chefs locaux du Parti communiste. Les agriculteurs ne sont autorisés à vendre ni la terre qu'ils exploitent ni l...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant