Chine : une entreprise veut planifier les grossesses de ses salariées

le , mis à jour à 21:21
0
Chine : une entreprise veut planifier les grossesses de ses salariées
Chine : une entreprise veut planifier les grossesses de ses salariées

La consigne a fait vibrer les réseaux sociaux chinois vendredi, assure le Wall Street Journal (WSJ) qui explique qu'une entreprise de la province du Henan, en Chine, demande à ses salariées mariées d'avoir travaillé un an dans les murs avant de pouvoir demander à avoir un enfant. Ces femmes doivent aussi planifier leur grossesse pour ne pas «influencer indûment» la bonne marche de la société.

Selon la circulaire diffusée par cette banque municipale du centre est de la Chine, «le plan de naissance de l'employée sera établi et strictement appliqué.» Et gare aux contrevenantes, elles seront punies. «Les employées qui donneront naissance en dehors du plan et dont le travail en sera influencé écoperont d'une amende de 1000 yuans (ndlr. environ 148 euros) et ne pourront être promues». Les femmes qui accouchent en dehors du plan fixé par la société pourraient également voir leurs primes de fin d'année supprimées.

Selon le journal local Dahe Daily qui a rencontré l'un des dirigeants de l'entreprise, cette consigne n'est qu'une ébauche et devrait être retravaillée si les employées émettaient une objection.

Il n'empêche cette circulaire a fait le tour du web chinois qui n'a pas manqué de s'exprimer, rapporte le WSJ. «Quand on est célibataire, on nous met la pression pour le mariage. Après s'être marié, on nous stresse pour avoir un enfant. Et quand on en veut vraiment un, on nous demande soudain d'attendre parce que ce n'est pas encore notre tour.» 

Une règle implicite

De l'indignation mais aussi la confirmation par certains que ce type de consignes est beaucoup plus courant qu'on ne le pense. «Beaucoup d'hôpitaux et d'écoles font la même chose, c'est une règle implicite que tout le monde connaît. L'hôpital où je travaille interdit aux infirmières d'avoir un enfant durant leurs deux premières années de travail», écrit un internaute sur Weibo.

Pour le dirigeant de l'entreprise qui a répondu à Dahe ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant