Chine: un magnat de l'internet donne 2 milliards de dollars à des oeuvres caritatives

le
0
Chine: un magnat de l'internet donne 2 milliards de dollars à des oeuvres caritatives
Chine: un magnat de l'internet donne 2 milliards de dollars à des oeuvres caritatives

Le fondateur du géant de l'internet chinois Tencent s'est engagé à donner pour 2 milliards de dollars d'actions à des oeuvres caritatives, a annoncé le groupe, la plus large donation jamais enregistrée en Chine, où les super-riches n'ont pas de tradition philanthropique.Pony Ma, directeur général de Tencent, va offrir les actions en question à une nouvelle fondation destinée à financer des projets liés à la santé, l'éducation et la protection de l'environnement en Chine continentale, a indiqué Tencent.Cette donation - qui se concrétisera sur plusieurs années - semble être la plus large donation jamais versée par une seule personne dans le pays, où les organisations caritatives et les ONG font face à une large défiance du public après une série de malversations et de scandales retentissants.Pony Ma est le 34e homme le plus riche du monde, avec une fortune nette estimée à 20,2 milliards de dollars, selon un classement de Bloomberg.En 2014, Jack Ma et Joe Tsai - cofondateurs du numéro un chinois du commerce en ligne Alibaba - avaient annoncé la création d'une fondation à but caritatif, dotée d'actions dans le groupe estimées à l'époque à 3 milliards de dollars.Mais la plus grosse donation individuelle en Chine en 2015 n'était que de 400 millions de yuans (un peu plus de 60 millions de dollars), de la part du fondateur du fabricant d'électroménager Midea, selon des données compilées par la Kennedy School of Government de l'université Harvard.Dans l'ensemble, les milliardaires chinois restent très en-deçà de la générosité affichée par les grandes fortunes occidentales."En Chine, à la fois les donateurs et les bénéficiaires doivent s'acquitter de taxes, et beaucoup d'entrepreneurs estiment difficile de trouver une fondation caritative qualifiée. D'où un enthousiasme restreint", commente Song Houliang, rédacteur en chef du China Philanthropist Magazine, cité par le quotidien chinois Global Times.Les ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant