Chine : un journaliste «confesse» avoir provoqué la crise boursière

le
5
Chine : un journaliste «confesse» avoir provoqué la crise boursière
Chine : un journaliste «confesse» avoir provoqué la crise boursière

La Chine, frappée de plein fouet cet été par une tempête boursière qui a entraîné dans son sillage les marchés mondiaux, a trouvé un coupable. Dans une vidéo diffusée ce lundi par CCTV, la télévision d'Etat, le journaliste financier Wang Xiaolu a «avoué» avoir provoqué «la panique et le désordre» sur les Bourses chinoises et infligé des «pertes énormes au pays». Il a été placé en détention pour diffusion de fausses nouvelles sur les titres et les marchés à terme d'après l'agence officielle Chine nouvelle.

Comment Wang Xiaolu pourrait-il être à lui seul à l'origine des lourdes pertes enregistrées par les Bourses de Shanghai et de Shenzhen ? Dans un article publié en juillet dans le magazine Caijing, il affirmait que les régulateurs du secteur envisageaient une sortie des fonds publics du marché. Cette perspective avait de quoi effrayer les investisseurs, car Pékin avait acheté massivement des titres via des organismes publics pour stabiliser les indices boursiers.  Après la publication de l'article, la Commission chinoise de régulation des marchés financiers (CSRC) était montée au créneau pour démentir complètement les affirmations du journaliste qu'elle qualifiait «d'irresponsables».

Pékin fait la chasse aux «rumeurs»

Dans la vidéo diffusée à la télévision, Wang Xiaolu a confessé avoir sciemment cherché à dramatiser la situation. «Je n'aurais pas dû publier cet article qui a eu une influence négative sur le marché à un moment très sensible (...) Je suis profondément désolé», a-t-il ainsi déclaré face à la caméra. Ce type de confession télévisée, avant la tenue d'un procès, est une pratique courante en Chine où justice et politique restent étroitement liées. D'après Chine nouvelle, le journaliste a reconnu que ses «fausses informations» avaient sérieusement «sapé la confiance des marchés et infligé d'énormes pertes au pays et aux investisseurs».

Le magazine ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • seba.les le lundi 31 aout 2015 à 14:11

    D'un ridicule ! Et vous relayez ca .. lol

  • SB1954 le lundi 31 aout 2015 à 13:42

    N'importe quoi ! enfin bon si nos investisseurs sont crédules à ce point ils ont ce qu'ils méritent au fond !

  • SM7 le lundi 31 aout 2015 à 13:07

    A-t-il subit la grande ou la petite question, avant d'avouer ?

  • TAURUS55 le lundi 31 aout 2015 à 13:06

    Ils ont trouvé leur "Jérome KERVIEL".

  • SM7 le lundi 31 aout 2015 à 13:02

    Faute avouée est à demi-pardonnée, tout du moins dans notre pays. j'aimerais pas être à sa place !