Chine-Un coup de pouce de Pékin prévisible après les PMI

le
0
    par Elias Glenn 
    PEKIN, 1er juillet (Reuters) - Le secteur manufacturier 
chinois a stagné en juin, alimentant ainsi les attentes d'un 
nouveau coup de pouce gouvernemental pour relancer une économie 
qui patine. 
    Même si la production a atteint un pic de 12 mois, la 
quasi-totalité des autres composantes de l'indice PMI 
manufacturier ont fléchi, laissant penser que le rebond du 
printemps est en train de tourner court. Les commandes à 
l'exportation ont diminué, ainsi que les stocks, alors que les 
licenciements se sont multipliés. 
    En revanche, un autre indice PMI, celui des services, a 
accéléré en juin, témoin d'une certaine réussite de Pékin dans 
le processus de rééquilibrage de l'économie, pour autant que 
cette hausse de l'indice se maintienne. 
    Mais il semble aussi que le dynamisme des services ne sera 
pas suffisant pour soutenir la croissance si l'industrie reste 
en panne, c'est pourquoi les analystes parient sur de nouvelles 
interventions du gouvernement et de la banque centrale pour 
relancer la machine économique chinoise, peut-être dès ce 
mois-ci. 
    "Nous pensons que le gouvernement stimulera l'économie en 
hâtant les investissements dans les grands travaux et dans 
l'urbanisation. La Banque populaire de Chine (BPC) pourrait 
aussi réduire les taux d'intérêt ou le coefficient des réserves 
obligatoires (RO) pour doper la confiance des entreprises", dit 
la banque ANZ dans une note d'étude. 
    "Nous pensons qu'un biais globalement baissier sera maintenu 
pour parer au ralentissement économique et alléger le fardeau de 
la dette des enteprises", renchérit Zhou Hao (Commerzbank). 
    "Nous confirmons notre opinion suivant laquelle la BPC 
réduira les taux directeurs de 25 points de base ce mois-ci et 
on peut aussi s'attendre à quelques réductions du coefficient 
des RO au second semestre", ajoute-t-il. 
    Une croissance mondiale globalement affaiblie et la victoire 
des partisans d'une sortie de la Grande-Bretagne de l'Union 
européenne le 23 juin dernier assombrissent l'horizon des 
exportateurs chinois, explique les services de la statistique 
chinois. 
    L'indice PMI officiel des directeurs d'achats est ressorti à 
50,0 en juin, un plus bas de quatre mois, contre 50,1 en mai. Il 
est conforme à ce qu'attendaient les économistes interrogés par 
Reuters. L'indice se situe exactement sur la démarcation entre 
croissance et contraction. 
    L'indice PMI manufacturier Caixin/Markit montre lui une 
seizième contraction mensuelle d'affilée, s'inscrivant à 48,6 en 
juin contre 49,2 en mai.  
    Les entreprises chinoises ont licencié à une cadence 
accélérée le mois dernier, conséquence de mesures de réduction 
des coûts, selon Caixin, mais le chômage pourrait aussi être 
alimenté par la volonté du gouvernement de réduire les capacités 
dans plusieurs plans de l'industrie. 
    Les deux indices montrent par ailleurs que la situation des 
PME chinoises ne s'arrange pas ce qui laisse penser que Pékin 
devra se reposer davantage sur les grosses structures pour créer 
de la croissance mais les analystes mettent en avant le risque 
qu'il y a à la nourrir sur la durée par l'endettement. 
    Deux banques au moins ont réduit leur prévision de 
croissance de la Chine après le vote en faveur du Brexit. Nomura 
prévoit 6,0% de croissance en 2016 et non plus 6,2%, tandis que 
Bank of America Merrill Lynch anticipe 6,4% au lieu de 6,6%. 
    La Chine publiera le 15 juillet la statistique du PIB du 
deuxième trimestre.      
     
 
 (Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Bertrand 
Boucey) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant