Chine : un an après sa dévaluation, le yuan recule encore

le
0
Un an après sa dévaluation, le yuan recule encore. (© Fotolia)
Un an après sa dévaluation, le yuan recule encore. (© Fotolia)

Dans la torpeur estivale, l'abaissement-surprise par la banque centrale chinoise (PBOC) d'environ 5% en une semaine du taux de référence du yuan avait provoqué un coup de semonce sur les places financières, habituées au sur-place de la devise.

Le yuan, étroitement encadré, est autorisé à fluctuer face au dollar dans une fourchette de 2% de part et d'autre de ce cours-pivot de la PBOC.

La décision avait aussitôt ravivé l'inquiétude sur la santé économique du géant asiatique et fait ressurgir le spectre d'une "guerre des devises" à coups de dévaluations compétitives.

Pékin s'est défendu d'avoir voulu apporter un soutien à ses exportateurs, expliquant qu'il s'agissait simplement d'un nouveau mode de calcul reposant sur les mouvements du marché des changes mais sans convaincre.

Depuis, la devise chinoise n'a cessé de s'enfoncer, jusqu'à clôturer mercredi à 6,6430 yuans pour un dollar, non loin d'un récent plus-bas depuis six ans, tandis que le cours-pivot de la PBOC a dégringolé de 9% sur un an.

«Depuis plusieurs mois, la norme est une dépréciation graduelle du yuan qui ne bouleverse pas le marché des changes, et qui ne tourmente pas les investisseurs», tempère Wei Yao, analyste de Société Générale.

Interventions massives

Autant que l'ampleur de la dévaluation de l'été 2015, «c'est la défiance des marchés envers la PBOC et l'opacité de ses intentions qui a

Lire la suite sur le revenu.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant