Chine-Réserves de change au plus bas depuis la fin de 2011

le , mis à jour à 11:41
0
 (Bien lire 28,57 mds au lieu de 28,75 au §1) 
    PEKIN, 7 mars (Reuters) - Les réserves de changes chinoises 
ont reculé de 28,57 milliards de dollars en février, soit un peu 
moins que prévu, ce qui suggère que la banque centrale du pays a 
réduit l'ampleur des interventions pour soutenir le yuan dans un 
contexte de modération des sorties de capitaux. 
    Ces réserves de change ont cependant baissé pour le 
quatrième mois de suite et, à 3.200 milliards de dollars (2.920 
milliards d'euros), elles sont au plus bas depuis décembre 2011, 
selon des données publiées lundi par la Banque populaire de 
Chine (BPC). 
    Les économistes interrogés par Reuters anticipaient en 
moyenne un recul de réserves de change de 30 milliards de 
dollars. 
    Ces dernières avaient plongé de 99,5 milliards en janvier et 
de 107,9 milliards en décembre, soit la plus forte baisse 
mensuelle de l'histoire du pays. 
    Sur l'ensemble de 2015, elles ont baissé de 513 milliards,  
du jamais vu. 
    La Chine détient encore les plus importantes réserves de 
devises au monde mais elle les dépense à un tel rythme que 
certains économistes et intervenants du marché des changes en 
sont venus à se demander si le pays n'allait pas devoir se 
laisser fortement se déprécier le yuan ou renforcer le contrôle 
des capitaux. 
    Dans la journée, le vice-gouverneur de la banque centrale 
chinoise, Yi Gang, a estimé que les réserves de change de la 
Chine étaient importantes et raisonnables et que les 
fondamentaux de son économie restaient sains.  ID:nL5N16F061  
    Même si aux yeux des autorités chinoises, le yuan ne devrait 
pas se déprécier davantage, les analystes interrogés par Reuters 
voient le devise chinoise encore reculer de 3,5% par rapport au 
dollar au cours des 12 prochains mois. Ils excluent toutefois 
toute dévaluation dans un avenir proche. 
    Depuis la dévaluation de la monnaie décidée en août, le yuan 
a perdu 5% face au dollar mais a moins reculé face à un panier 
de devises, jauge à laquelle la Chine se réfère de plus en plus 
dans l'espoir de rendre moins volatiles les variations sur le 
marché des changes. 
 
 (Kevin Yao et Meng Meng, Benoît Van Overstraeten pour le 
service français, édité par Véronique Tison) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant