Chine-Quel niveau de réserves de change avant une dévaluation?

le
0
    par Kevin Yao 
    PEKIN, 24 février (Reuters) - La Chine détient les plus 
importantes réserves de change au monde mais elles diminuent à 
un rythme tel que la question d'une forte dépréciation du yuan 
ou d'un durcissement du contrôle des capitaux pour endiguer 
l'hémorragie commence à se poser. 
    Les réserves de change chinoises ont diminué de 99,5 
milliards de dollars au mois de janvier, à 3.230 milliards de 
dollars, après une baisse record le mois précédent. Elles ont 
rétréci de 762 milliards depuis la mi-2014. 
    L'ampleur des réserves de change de la Chine est aussi à la 
hauteur de la taille de son économie et notamment des besoins de 
couverture de ses importations et de sa dette étrangère à court 
terme, les actifs les moins liquides au sein des réserves ne 
pouvant par ailleurs pas être mobilisés à ces fins. 
    Les recommandations du Fonds monétaire international (FMI) 
sur le niveau souhaitable des réserves de change d'une économie 
correspondent à un montant de 2.800 milliards de dollars pour la 
Chine, selon la Société générale, un seuil qui n'est pas si 
éloigné au rythme actuel de la baisse. 
    S'il est atteint dans les prochains mois, la Société 
générale s'attend à "un raz-de-marée de ventes spéculatives (sur 
le yuan) qui contraindra la Banque populaire de Chine (PBC) à 
jeter l'éponge et à laisser le marché fixer le niveau du taux de 
change" du yuan ou renminbi. 
    Un vice-gouverneur d'une banque centrale du G20 est beaucoup 
plus catégorique. 
    "Quel que soit le chiffre que je pourrais donner, il serait 
bien inférieur à 2.800 milliards de dollars", a-t-il dit 
ajoutant que les réserves de change chinoises pourraient fondre 
de 1.000 milliards de dollars supplémentaires d'ici la fin de 
l'année dans le cadre de la politique de stabilisation de la 
monnaie par la BPC.  
    Pour les analystes de HSBC, un montant de 2.000 milliards 
pourrait toutefois être suffisant en théorie mais ils doutent 
que Pékin les laissera continuer à chuter au risque d'encourager 
les sorties de capitaux. 
     
    PAS DE CHIFFRE MAGIQUE  
    Win Thin, stratège sur les devises émergentes de Brown 
Brothers Harriman, estime que les réserves chinoises 
représentent 17 mois d'importations et que la dette à court 
terme en devises étrangères du pays ne représente qu'un quart 
des réserves, soit bien en dessous du niveau de 55% considéré 
comme prudent pour les économies émergentes. 
    "Je dirai que les réserves chinoises sont plus que 
suffisantes quels que soient les critères que nous utilisons 
pour les économies émergentes", a-t-il dit. 
    En Chine même, les économistes considèrent qu'aucune crise 
imminente ne menace les responsables économiques et monétaires. 
    "Nous avons 3.300 milliards de dollars (de réserves). De 
quoi devons-nous nous inquiéter?", a dit un économiste d'un 
groupe de réflexion pékinois.  
    "Nous avons une position extérieure nette de 1.500 milliards 
de dollars et nous avons toujours un excédent commercial 
d'environ 600 milliards de dollars", a-t-il ajouté.  
    Même si les réserves tombent à 2.000 milliards à l'horizon 
2025, "nous serons encore bien protégés et en toute sécurité." 
    Un autre économiste d'un groupe de réflexion gouvernemental, 
qui fixe le plancher des réserves à 1.620 milliards de dollars, 
reconnait que les responsables chinois "sont un peu inquiets de 
la chute des réserves".  
    Tout en soulignant la dissension persistante entre des 
investisseurs à l'étranger qui s'attendent à une dépréciation du 
yuan et les autorités qui considèrent que les fondamentaux de 
l'économie chinoise ne justifient pas une poursuite de la baisse 
de la devise, il estime qu'il "est trop tôt pour paniquer". 
    Pour Win Thin, le niveau approprié des réserves est moins 
une question de ratio que de sentiment des investisseurs. 
    "Il n'y a pas de chiffre magique... Je pense vraiment que la 
confiance joue un rôle important et les responsables chinois 
essayent vraiment de rétablir la confiance." 
    Les positions à la baisse du yuan ont diminué après un pic 
en janvier, montre une enquête réalisée par Reuters sur les 
positionnements du marché des changes. 
    Pour Chris Morrison, gérant de portefeuille du fonds 
spéculatif Omni, et ouvertement positionné à la baisse du yuan, 
le point de retournement est proche. 
    "Ce jeu est avant tout une question d'anticipations et de 
confiance... Une fois que le marché aura vu le fond du trou, ils 
(les responsables chinois) auront perdu toute crédibilité. Et je 
pense que le passage (des réserves) sous les 3.000 milliards de 
dollars sera ce moment." 
     
    Sur le même thème :  
    *GRAPHES-Le yuan reste fragilisé par les sorties de 
capitaux.   
 
 (Marc Joanny pour le service français, édité par Wilfrid 
Exbrayat) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant