Chine : quadrillage policier autour de Tiananmen

le
0
Chine : quadrillage policier autour de Tiananmen
Chine : quadrillage policier autour de Tiananmen

Il y a 25 ans, dans la nuit du 3 au 4 juin 1989, la place Tiananmen, à Pékin, était le théâtre de la plus meurtrière répression par l'armée d'un mouvement populaire dans la capitale depuis la fondation du régime en 1949. Ce mercredi, pour prévenir tout tentative de commémoration du «printemps de Pékin», les autorités chinoises imposent une sécurité draconienne autour de ce lieu symbolique, situé face à l'entrée de la Cité interdite. L'importance du quadrillage policier, même 25 ans après, souligne la nervosité des autorités vis-à-vis d'un événement qui avait traumatisé la population et violemment ébranlé le régime. 

L'accès à cette immense esplanade est strictement contrôlé par les forces de sécurité qui vérifient les identités des Chinois et des touristes étrangers. Police armée -- sorte de gendarmerie chinoise --, gardes municipaux, fonctionnaires en civil, agents des comités de quartier: l'arsenal sécuritaire de la Chine sont représentés en nombre sur la place Tiananmen ou ses abords. Sur l'avenue de la Paix éternelle, qui longe le nord de la place Tiananmen, des véhicules de police étaient stationnés tous les 50 mètres, ainsi que des ambulances, des camions de pompiers.

66 militants placés en détention  

 

Dans le reste de la capitale, où les mesures de sécurité avaient déjà été renforcées après une série d'attentats dans le pays attribués à des fondamentalistes de la région musulmane du Xinjiang, des milliers de policiers patrouillaient, certains équipés d'armes automatiques flambant neuves.

A l'approche du 4 juin, au moins 66 personnes ont été placées en détention, en résidence surveillée ou placées à l'extérieur de Pékin, selon Amnesty International. Mardi, les Etats-Unis ont demandé à la Chine de les libérer. La police chinoise a menacé la presse étrangère de représailles si elle tentait de couvrir le 25e anniversaire. A Hong Kong, quelque 200.000 ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant